3 min de lecture Accident

Lubrizol : un an après l'accident, encore beaucoup de questions en suspens

L'incendie de l'usine Lubrizol, le 26 septembre 2019, interroge encore, notamment quant à ses conséquences environnementales et sanitaires.

ecologie La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Lubrizol : un an après l'accident, encore beaucoup de questions en suspens Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Coline Daclin

Un an après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, les inquiétudes persistent. Malgré la présence de deux ministres jeudi 24 septembre sur place, de nombreuses questions restent en suspens. 

Le 26 septembre 2019 à 2h40 du matin, la nuit se fait orange à Rouen. L’usine Lubrizol, spécialisée dans les lubrifiants pour moteur et classé "seveso seuil haut" pour la dangerosité des produits, prend feu. Un gigantesque incendie va durer douze heures, 9.500 tonnes de produits chimiques vont partir en fumée et alimenter un panache noir de 22 km de long,  survolant des centaines de communes de Seine-Maritime mais également des Hauts-de-France.

Une  question demeure : quelle est l’origine de l’incendie et donc le responsable ? À ce jour, on ne sait toujours pas. En mai dernier le journal Le Monde a eu accès à une partie du dossier d’instruction. La justice s’interroge et se demande si le feu ne serait pas parti de l’entreprise voisine, Normandie Logistique

Il y a toutefois déjà des réponses judiciaires. Lubrizol a été mis en examen en février pour "déversement de substances nuisibles" et pour des manquements dans l'exploitation de son usine ayant porté une "atteinte grave" à l'environnement

Une pollution des sols ?

À lire aussi
Le lieu de l'accident mortel à Rennes. procès
Rennes : deux policiers condamnés pour avoir renversé mortellement une femme

Nouvelle question : de quels dégâts parle-t-on ? Des études ont été menées pour savoir si l’incendie avait pollué les sols. Elles indiquent que ce n’est pas le cas, mais l’association des sinistrés de Lubrizol, qui appelle à manifester samedi 26 septembre, rejette les conclusions. Elle leur reproche d'être financées, à la demande de l’État, par Lubrizol. Elle a mis en place une contre-expertise

Depuis le 1er septembre, Santé publique France a également lancé une étude sur les conséquences sur la santé, plus une autre sur les risques sanitaires pendant l’incendie. Résultats attendus au premier semestre 2021. C’est un peu comme si le nuage d’interrogations n’avait jamais quitté la Normandie.

Quelques leçons ont toutefois déjà été tirées, comme le montre la création d’un bureau "enquête accident", comme dans l’aviation lors de catastrophe. Structure spécialisée et indépendante, elle aura la charge de mener des enquêtes techniques sur les principaux accidents industriels, pour en déterminer les causes. 

Nouvelles questions encore : comment ça se passe avec les 1.312 sites Seveso en France, dont les produits sont gardés secrets à cause des risques ? Au moment de l’incendie Lubrizol, il avait fallu 5 jours pour que Lubrizol fournisse aux autorités la liste des produits qui avaient brûlés. Et le périmètre des indemnisations ? Pourquoi pas une nouvelle réglementation ? C'est bien un dossier qui pose beaucoup de questions. 

Le plus : 8 poissons sur 10 pas issus de la pêche durable

"Pêche durable", c'est un label qui signifie que l’activité de pêche n’abîme pas l’environnement et ne prélève pas d’espèce menacées. Mais c’est tout le contraire qui se passe selon l'UFC Que choisir. Une enquête a été menée dans des poissonneries de quartiers et de grandes surfaces et montre que plus de 8 poissons sur 10 ne seraient pas issus de la pêche durable

L’association demande plus de transparence sur la provenance des poissons. Aujourd’hui, ce sont simplement des zones indiquées ce qui ne signifie rien pour le consommateur. Maquereau, merlu, sardine et turbot vont mal.

La note : 18/20 à Greta Thunberg pour ses donations en Afrique

Greta Thunberg a fait don de 150.000 euros à des ONG en Afrique, a-t-elle annoncé mercredi 23 septembre. Des associations actives dans la défense du climat et l’humanitaire comme la Croix et le Croissant rouge. À 17 ans, elle a bien 150.000 euros, qui sont en fait le montant de tous les prix qu’elle a reçu de part le monde. La militante suédoise avait promis d’en reverser l’intégralité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Accident Rouen Industrie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants