2 min de lecture Pollution

Le télétravail bon ou mauvais pour la planète ?

Une nouvelle étude vient de paraître sur l’empreinte écologique du télétravail. Œuvrer depuis chez soi serait plutôt positif pour l’environnement à quelques nuances près.

ecologie La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Le télétravail bon ou mauvais pour la planète ? Crédit Image : VALERY HACHE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Nicolas Barreiro

Une étude de l’agence de la transition écologique (ADEME) au sujet de l’impact environnemental a été publiée au Journal du Dimanche. Premier constat, 7 salariés sur 10 en France prennent leur voiture pour aller travailler. En cas de télétravail, le trafic automobile baisse fortement, donc moins d’émissions de polluants.

Un problème se pose alors, il peut il y avoir un effet rebond. On a tous rencontré ce citadin qui nous a dit : "Après le confinement, je veux de la forêt, un jardin, une jungle, matin, midi et soir". Or, l’achat d’une maison au milieu de la verdure et le télétravail partiel l’obligent à revenir deux fois par semaine au siège, comme il habite plus loin, ces deux trajets allers retours seront aussi, voire plus polluants qu’avant son exil campagnard.

S’il s’est installé plus loin et doit alors prendre l’avion, il va émettre plus de CO2 qu’avant. Ainsi, le fameux effet rebond du télétravail, n’est pas toujours l’effet bingo pour la planète.

Si beaucoup d’entrepreneurs hésitent encore sur le télétravail hors confinement, cette pratique est plus vertueuse pour l’entreprise. Moins d’électricité dans les locaux, moins de papiers utilisés, moins de gobelets ou de plastiques donc bon point pour le télétravail.

L'impact du numérique

À lire aussi
Une vue du siège de Lactalis à Laval, le 12 janvier 2018 environnement
Pollution, "mouillage de lait" : Lactalis accusée de "méthode frauduleuses"

Par contre, côté internet, l’addition est lourde. On sait que la pollution numérique représente 4% des émissions mondiale à effet de serre, une minute de réunion à distance émet un gramme de CO2, et là une sueur froide concernant tous ces apéros zoom ou ces réunions pour ne pas dire grand-chose pendant une heure durant tout le confinement.

Il y a le travail et les vidéos que l’on regarde, le fameux streaming, qui à lui seul représente 1% des émissions de gaz à effet de serre. Même si ce sont des vidéos de panda, c’est énergivore.

Il reste difficile d’évaluer véritablement l’impact écologique du télétravail tant il dépend de différents cas de figure mais l’ADEME propose une solution simple : le téléphone. Passer par la voix plutôt que par l’image consomme moins d’énergie. Autre solution, mettre davantage de salariés au travail à distance, le bénéfice dépend aussi du nombre. Des pistes de réflexions afin d’éviter que ce soit au tour de la planète d’être en télétravail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Énergie Travail
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants