1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Vierzon, Châtellerault, Carcassonne... Ces centres-ville sinistrés
2 min de lecture

Vierzon, Châtellerault, Carcassonne... Ces centres-ville sinistrés

ÉDITO - Le phénomène n'est pas nouveau, mais il s'aggrave de plus en plus dans les villes moyennes où les commerces ferment les uns après les autres.

Le centre-ville de Quimper dans le Finistère.
Le centre-ville de Quimper dans le Finistère.
Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Vierzon, Châtellerault, Carcassonne... Ces centres-ville sinistrés
02:35
Vierzon, Châtellerault, Carcassonne... Ces centres-ville sinistrés
02:36
Bénédicte Tassart & Loïc Farge

Un rideau sur quatre est baissé dans le coeur de Vierzon et Châtellerault. Pas pour travaux ou congés des commerçants. Non, définitivement. Pire encore, raconte le magazine spécialisé LSA. Dans les années 80, la rue du Maréchal-Joffre de Vierzon (une rue piétonne) était très animé. Aujourd'hui, on y compte trente-deux boutiques closes pour seize ouvertes seulement. Ce même magazine LSA révèle le dernier baromètre Procos, de la Fédération du commerce spécialisé. Vierzon et Châtellerault ne sont pas les seules victimes du phénomène.

On trouve derrière ces deux villes Carcassonne, Montélimar et Auxerre. Dans cette dernière, c'est un commerce sur cinq qui est fermé. On pourrait aussi citer Nevers, Béziers, ou encore Cholet et Albi. En fait, pour les villes de moins de 100.000 habitants, si vous n'êtes pas une commune un peu touristique ou en bord de mer, vous n'avez plus de quartier central.

Le phénomène n'est pas nouveau, mais il s'aggrave de plus en plus. L'hémorragie continue malgré les cris d'alarme lancés régulièrement par les associations de commerçants et les élus. Alors bien-sûr, c'est la faute aux grandes surfaces, installées en périphérie. Mais leur jeter la pierre est bien facile. Il y a aussi la désindustrialisation, l'exode des populations, les loyers trop élevés en centre-ville, ou la taxe d'habitation qui fait fuir les locataires.

Choix hasardeux des maires

Il y a aussi les choix hasardeux des maires, ceux qui ne réfléchissent pas aux implantations commerciales. À Dijon, une grosse enseigne de vêtements pas chers a été installée au bord de la commune. Le centre-ville a morflé. Il y a aussi ces élus qui laissent tomber l'entretien des rues (pas de bancs, pas de fleurs), abandonnant à leur triste sort les commerçants qui tentent de résister.

À lire aussi

Ce n'est pas sans espoir. La Caisse des Dépôts tente des expérimentations dans plusieurs communes. Mais il faut jouer à la fois sur plusieurs facteurs : l'emploi, l'immobilier, des animations en centre-ville. Mais c'est vrai que pour l'instant, il n'y a pas de solution miracle.

Les plus

- Un CCE extraordinaire chez Lidl ce jeudi 19 octobre à Strasbourg. Tous les syndicats y sont convoqués après l'émission Cash Investigation, qui dévoilait des conditions de travail inacceptables. 

- Un record pour Wall Street. La bourse de New York a franchi, mercredi 18 octobre, les 23.000 points pour la première fois. Signe que les résultats des entreprises et de l'économie américaines sont plus qu'au vert.

La note du jour

15 sur 20 à Hydrao. Cette start-up de Grenoble vient de vendre son pommeau de douche connecté à Singapour chez 10.000 habitants. Cet équipement permet de contrôler sa consommation d'eau. Les bailleurs sociaux de Grenoble sont, eux aussi, intéressés.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/