3 min de lecture Économie

Saint-Nazaire : pourquoi le mariage des Chantiers de l'Atlantique et de Fincantieri n'aura pas lieu

Conséquence de la pandémie, l'industrie des bateaux de croisière est à l'arrêt, faisant capoter un rachat prévu depuis 2017. Mais d'autres raisons se cachent derrière cet abandon.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Saint-Nazaire : pourquoi le mariage des Chantiers de l'Atlantique et de Fincantieri n'aura pas lieu Crédit Image : AFP / STX EUROPE / BERNARD BIGER | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Gaétan Trillat

Le mariage des chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire et de l'Italien Fincantieri, c'est fini. Les gouvernements italiens et français l'ont annoncé mercredi 27 janvier. L'Airbus de la Mer reste à quai. La comparaison avec l’entreprise aéronautique est pertinente car Saint-Nazaire est la ville des constructions navales et d'Airbus.

Il n'empêche, Airbus et les Chantiers Navals de Saint-Nazaire souffrent vraiment des mêmes problèmes en ce moment et pourraient même trouver les mêmes solutions à terme. C'est la crise sanitaire qui a fait capoter le mariage entre Saint-Nazaire et les Italiens

En 2019, il y avait eu 30 millions de personnes dans le monde qui avaient fait une croisière. L'activité est quasiment à l'arrêt depuis un an. Et on ne sait pas si ce type de tourisme reprendra comme avant dans les prochains mois. Si les perspectives sont comparables à l'aviation civile, on n'attend pas de retour à la normale avant 2024. Donc il y a une incertitude sur l'avenir du secteur.

Quelles sont les véritables raisons de cet échec ?

Mais quand tout le monde invoque une raison qui ressemble à un alibi, il faut chercher derrière. D'abord, la Commission européenne s'était penchée sur le mariage Saint-Nazaire/Fincantieri... Il y a trois fabricants de bateaux de croisière en Europe ; si deux se marient, il y aurait un risque de position dominante. Donc il aurait sans doute fallu décortiquer les deux groupes et les fragiliser. Mais, aujourd'hui, personne ne veut incriminer l'Europe alors que France et Italie ont besoin de l'argent de Bruxelles pour alimenter les plans de relance.

À lire aussi
bateau
Angleterre : une illusion d'optique donne l'impression qu'un bateau flotte au-dessus de la mer

Ensuite, Fincantieri s'est rapproché du fabricant chinois de bateaux CSSC depuis le début des fiançailles. Et à Saint-Nazaire, on commençait à redouter la perte des secrets industriels et que Fincantieri ne soit finalement qu'un cheval de Troie chinois. Mais c'est difficile à dire officiellement quand Peugeot-Citroën rachète l'italien Fiat avec, au capital du groupe français, un groupe chinois, DongFeng qui pèse encore 5,6% du capital. 

Donc, la Covid-19 est une excuse qui arrange tout le monde et qui permet de cacher que plus personne ne voulait vraiment de ce mariage.

Quel repreneur pour une activité incertaine ?

À court terme, pas d’inquiétude sur l’emploi. D'abord parce que les chantiers de Saint-Nazaire ont été nationalisés en juillet 2018 quand le coréen STX a fait faillite et en attendant la signature du mariage avec Fincantieri... Et être dans le giron de l'État, ça rassure les syndicats et le personnel. Ensuite, le carnet de commandes est plein pour le moment, au moins jusqu'en 2025 et peut-être 2030 s'il n'y a pas d'annulations. À ce stade, il n'y en a pas eu mais ça devrait arriver avec l'arrêt de l'activité touristique.

Le gouvernement dit qu'il va étudier d'autres dossiers mais on a du mal à voir quel acteur pourrait vraiment investir lourdement aujourd'hui à la place de l'État, dans le contexte de crise actuel. En fait, c'est le syndrome Airbus. L'activité est à l'arrêt. Les commandes sont là mais on ne livre plus. On attend le redémarrage. Et surtout, l'avenir du secteur va se poser car on parle d'une activité très polluante.

L'État veut investir dans son plan de relance sur une industrie qui respecte l'environnement. Les 57 paquebots flottants qui ont mouillé à Marseille ont émis autant de particules fines et de pollution que toutes les voitures de la ville, selon une ONG. Il va donc falloir des bateaux propres (avec de gros investissements) comme il faudra des avions propres dans les années à venir, peut-être à l'hydrogène.

Le "Plus" : l'UFC-Que Choisir s'en prend aux sociétés de recouvrements

Les Français ont eu recours aux crédits à la consommation pour passer la période difficile du confinement et des pertes de revenus, ces derniers mois. Ainsi, l'association de consommateurs a reçu plus de 400 plaintes de gens qui sont harcelés par des sociétés de recouvrement qui veulent récupérer l'argent quand il y a un retard de paiement.

La note : 18/20 à Samsung

Le groupe coréen fait une année record grâce au télétravail et à l'explosion des ventes d'ordinateurs et de produits électroniques partout dans le monde. Le bénéfice a bondi de 21,5% en 2020.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Coronavirus France Crise économique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants