2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : quels changements pour le commerce français ?

ÉDITO - L'élection de Joe Biden à la Maison Blanche devrait apporter quelques changements, mais ce n'est pas pour autant que les États-Unis redeviendront notre allié commercial.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : quels changements pour le commerce français ? Crédit Image : Jim WATSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Nicolas Barreiro

L'élection de Joe Biden aux États-Unis laisse augurer d'une amélioration des relations commerciales, au bénéfice des Français. Figurez-vous que les États-Unis sont notre deuxième partenaire commercial dans le monde, derrière l'Allemagne. Et notre deuxième marché pour l'exportation. 

Les entreprises françaises vendent donc davantage en Amérique qu'elles ne vendent en Italie ou en Espagne. On y vend des produits de l'aéronautique et du spatial, principalement des avions Airbus, des produits agro-alimentaires, des vins et des spiritueux bien sûr, mais aussi des médicaments, et des parfums et cosmétiques. Avion, produits alimentaires, luxe, c'est le trio d'excellence français que l'on retrouve chez l'Oncle Sam.
 
Sur le plan des chiffres, la présidence de Trump n'a absolument pas porté préjudice à nos exportateurs. En 2019, les ventes françaises là-bas ont progressé de près de 13%. Au point que le commerce de la France avec les États-Unis est devenu excédentaire, on leur vend plus qu'on ne leur achète. Le surplus commercial a atteint l'année dernière un peu plus de trois milliards, ce qui en fait notre quatrième excédent commercial, derrière le Royaume-Uni, Singapour et Hongkong.

Donald Trump et sa guerre commerciale

Malgré une guerre commerciale américaine, les ventes ont donc continué de progresser. D'abord parce que la croissance américaine était forte, et qu'elle a tiré les revenus des ménages et fait consommer davantage. La demande américaine adressée à l'étranger, et à la France notamment, a donc été plus forte. Et cela malgré le fait que certains produits ont été taxés par l'administration Trump, les vins français notamment, en mesures de rétorsion dans un conflit commercial qui porte sur les subventions publiques accordées à Airbus.
 
Avec l'arrivée d'une nouvelle administration, le climat devrait être plus paisible, et surtout, Washington devrait être plus prévisible, évitant les foucades, les mouvements d'humeurs, les tweets rageurs de Donald Trump. Sur cette affaire d'Airbus, il y a possibilité d'un compromis, car Boeing, rival d'Airbus, a été également condamné pour des aides illégales par l'Organisation mondiale du commerce, qui du coup a autorisé l'Europe à taxer de son côté des produits américains. Airbus l'Européen et Boeing l'Américain condamnés l'un et l'autre, un partout, balle au centre, on doit pouvoir régler ce conflit qui dure depuis une quinzaine d'années.

L'Amérique, un nouvel allié commercial ?

On aurait tort de croire que les États-Unis redeviendront un allié sur plan commercial. Comme de tout temps, l'Amérique défendra d'abord ses intérêts nationaux. Biden est protectionniste, tout comme Trump. 

À lire aussi
Les militaires de la garde nationale ont pris place dans Washington, en vue de l'investiture de Joe Biden le 20 janvier. États-Unis
DIAPORAMA - Investiture de Joe Biden : Washington en état de siège

Il veut ainsi étendre le champ du buy american act, qui impose aux administrations d'acheter aux entreprises locales. Et surtout, il subsistera ces fameuses lois extraterritoriales, qui permettent à la justice américaine de frapper une entreprise étrangère qui fait du commerce avec un pays interdit par Washington

Total a ainsi renoncé à son grand projet pétrolier en Iran, par crainte des rétorsions américaines. La banque BNP Paribas avait quant à elle été frappée d'une amende de 9 milliards de dollars pour avoir violé des embargos, sous la présidence Obama. Elle avait accepté de plaider coupable et de payer, car sinon, elle aurait été interdite d'utilisation du dollar et d'exercer dans la finance américaine. L'équivalent d'un arrêt de mort. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis France Commerce
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants