2 min de lecture Activité économique

Coronavirus : "La demande en emballage a explosé", note François Lenglet

ÉDITO - Le crise du coronavirus a porté le secteur de l'emballage, qui a su profiter de l'essor de l'e-commerce et de la livraison à domicile.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : comment le secteur de l'emballage a cartonné pendant la crise Crédit Image : PETER KNEFFEL / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

On parle souvent des victimes de la crise sanitaire, et c’est vrai qu’il y en a, avec les restaurants, les cinémas etc, mais il y a aussi ceux qui ont été portés par les mesures de restriction, et l’emballage est l’un de ces secteurs. Grâce à l’explosion du e-commerce et de la livraison à domicile, bien sûr. 

En France, l’achat à distance d’objet, vêtements, nourriture, meubles, électro-ménager, a fait un bond de 35% en 2020. Or, pour livrer, il faut bien sûr emballer. Du coup, nous sommes en pénurie de carton, de plastique, de polystyrène, toutes matières qui servent à faire des paquets. La demande progressait déjà de 10% par an avant la pandémie, elle a littéralement explosé. Et cela d’autant plus qu’on a tendance au sur-emballage, justement à cause de la crise sanitaire, en particulier pour les produits alimentaires. Et que, en moyenne, un paquet contient 40% de vide. C’est énorme.

Heureusement, c’est en très large partie du carton recyclé. Mais les prix ont augmenté dans toute l’Europe. Au Royaume-Uni, qui connaît une grès forte pénurie également, le prix de la tonne de carton usagé a été multiplié par 12. En France, les industriels du carton ont connu une demande en croissance de plus de 25%. Raja par exemple, une entreprise familiale spécialisée dans l’emballage, premier Européen du secteur, a dépassé le milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020.

Quid des sociétés de livraison à domicile ?

Aujourd’hui même, c’était l’introduction à la bourse de Londres de Deliveroo, justement une plate-forme de livraison, qu’on connaît bien dans les grandes villes françaises, pour près de 9 milliards d’euros. Ils ont évidemment bien choisi leur moment pour se vendre aux investisseurs. C’est la plus grosse introduction en bourse depuis 10 ans, ombrée toutefois par le scandale des conditions de travail de leurs livreurs à vélo. La poste britannique, privatisée, est devenue tellement rentable grâce à la forte croissance de la distribution de colis qu’elle va distribuer un dividende exceptionnel à ses actionnaires. 

À lire aussi
reportage
Alsace : les vignerons envoient des coffrets de vins pour reprendre les dégustations

En France aussi les entreprises de livraisons ont connu un cru exceptionnel, avec plus d’un milliard de paquet distribués, et + 30% de croissance pour un Colissimo par exemple. Enfin, les créations d’entreprises, très dynamiques en 2020, reflètent aussi cette tendance, avec 12% des nouveaux auto-entrepreneurs débutant dans la livraison à domicile.

La crise économique n’est pas du tout uniforme

En fait l’épidémie et le confinement déforment la structure de l’activité économique, en faisant maigrir certains secteurs et grossir d’autres. Les interdictions de se déplacer ou de se retrouver amputent bien sûr la croissance. Mais plus les humains sont immobiles, plus les marchandises bougent, justement pour être livrées à domicile. La contrepartie de l’immobilité forcée des hommes, c’est l’extraordinaire mobilité des objets pour arriver jusqu’à eux. Mobilité qui nécessite des emballages, des logisticiens, des camions, des vélos et des livreurs. Tous ceux de la face cachée de l’économie sans contact. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Activité économique Économie Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants