1 min de lecture Économie

Coronavirus en France : comment l'épidémie a modifié notre consommation

INFO RTL - 65 % des Français ont modifié leur comportement de consommation. Six Français sur dix ont modifié un séjour de vacances et un quart de la population a réalisé des stocks de précaution.

En plein confinement, les clients font la queue avant de pouvoir faire leurs courses.
En plein confinement, les clients font la queue avant de pouvoir faire leurs courses. Crédit : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Armelle Levy
Armelle Levy et Nicolas Scheffer

Pendant le confinement, la liste des magasins ouverts est strictement encadrée. Certains rayons de magasins de grande surface ont rapidement été dévalisés, malgré un approvisionnement régulier des magasins. Notre consommation a été chamboulée.

Premiers concernés, les plans de vacances ont été bouleversés : six Français sur dix ont dû annuler ou modifier un séjour prévu, selon un sondage Fg2a-Odoxa pour RTL. Le plus souvent, les consommateurs ne savent pas s'ils seront remboursés de leur réservation de séjour, de vol ou de location ou comment faire pour l'être. 

"C'est quelque chose de colossal", explique Gaël Sliman, le président de l'institut de sondage. "L'intervention d'Édouard Philippe pour rassurer les Français sur les annulations de vacances n'a pas bien fonctionné : seul un Français sur deux fait confiance au gouvernement pour mettre en place des dispositifs d'assurance. Cela ne suffit pas à rassurer", poursuit-il.

25 % des Français ont fait des stocks

Les courses sont elles aussi touchées : deux tiers des Français (65 %) ont changé la fréquence ou la nature de leurs achatsUn quart de la population avoue avoir fait des stocks en prévision de difficultés et plus de la moitié (56 %) dit avoir peur d'attraper le virus en allant dans un magasin.

À lire aussi
Bridgeston a annoncé vouloir fermer son usine dans le Pas-de-Calais qui emploie 863 personnes. emploi
Bridgestone, Continental, Goodyear... Le reclassement des salariés, une solution viable ?

Les consommateurs se rabattent donc sur internet pour les achats alimentaires (+ 20 %) et non alimentaires (+ 11%) en privilégiant le drive ou la livraison à domicile.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Activité économique Crise économique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants