3 min de lecture Confinement

Confinement : le "click and collect" pour sauver les commerces de proximité ?

ÉCLAIRAGE - Alors que le confinement s'est installé, les commerces doivent s'adapter au nouveaux usages du commerce en ligne pour survivre.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Confinement : le "click and collect" pour sauver les commerces de proximité ? Crédit Image : DR | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Louis Chahuneau

Au milieu de toutes ces annonces anxiogènes sur le reconfinement, le gouvernement a détaillé jeudi 29 octobre les aides de l’État dont pourront bénéficier les entreprises en difficulté. Le développement du "click and collect" reste un espoir pour les commerces fermés.

Le "click" représente le bruit de votre souris d’ordinateur, quand vous cliquez sur le produit que vous réservez. Et le "collect", c’est quand vous allez chercher votre produit, tout emballé. Avec l'attestation désormais, il vous suffit de cocher la case numéro 2 : les déplacements pour des achats de première nécessité.   

Cette démarche fonctionne pour acheter un livre chez votre libraire, pour un bouquet de fleur, pour des produits de beauté, un parfum, et même pour ceux qui veulent acheter une voiture. Les véhicules des concessions automobiles pourront aussi être réservés en click and collect. Les représentants du secteur se sont battus pour cela parce que continuer à vendre des voitures, c’est aussi continuer à en produire. C’est toute la chaine de production qui va continuer de tourner, même au ralenti. 

Plusieurs dizaines de milliers de commerces concernés

Potentiellement, ce sont plusieurs dizaines de milliers de commerces qui pourraient limiter la casse du confinement, en permettant d’acheter sur internet, voire par téléphone, ou en organisant des livraisons, comme les repas livrés des cafés – restaurants.   

À lire aussi
L'Église catholique (illustration) confinement
Reprise des messes : la jauge des 30 fidèles pas toujours respectée dans le Nord

La tendance avait déjà émergé au printemps, au moment du premier confinement. D’après Bercy, ce dispositif a permis de limiter la casse : 25% de perte de chiffre d’affaires en moins pour ceux qui se sont lancés. Il existe désormais, la plateforme "angershopping", qui regroupe les commerçants d’Angers, il y a "parislibrairies.fr", partout en France, des fleuristes s’y sont mis, il y a même des bouchers qui proposent du click and collect sur Facebook.   

400 millions d'euros débloqués pour la numérisation

En revanche, pour un artisan qui travaille tout seul, ou dans un petit village, ce n’est pas évident. Tout le monde ne maitrise pas les outils numériques. D’ailleurs seule une petite entreprise sur trois possède son propre site internet.  

Et même quand on a un ordi et une connexion, le click and collect signifie de prendre des photos de ses produits, les mettre en ligne, gérer aussi les stocks de manière numérique, pour savoir en temps réel où on est. C’est un outil intéressant, mais qui demande de l’organisation.   

C’est pour cette raison que le gouvernement prépare un guide sur le click and collect, et que les chambres de commerce et d’industrie, les chambres des métiers et de l’artisanat proposent localement, des conseils, des formations à distance. De l’argent est débloqué, 400 millions d’euros pour aider les très petites et moyennes entreprises à se numériser. Ça ne suffira pas pour tout le monde, mais c’est déjà un petit budget. Et sur le francenum.gouv.fr il y a aussi toute une page sur le moyen de développer du e-commerce. 

Résister aux géants comme Amazon

En matière de e-commerce, au moment où les magasins physiques ferment, les commerçants ont quand même les yeux rivés sur les géants du numérique. La crainte étant que toutes les courses de Noël soient faites sur Amazon, par exemple. D’autant plus qu’Amazon ne s’est jamais aussi bien porté que pendant le confinement.   

Mais ces nouveaux services numériques, de proximité, qui sont amenés à se développer, avec les commerçants du quartier, les commerçants du village, ce sont aussi autant d’alternatives aux géants du numérique. Avec un supplément d’âme, celui de consommer local, de connaître les vendeurs. Et puis c’est aussi l’occasion de soutenir une partie des 200.000 entreprises fermées administrativement. Alors allez-y, pour ce week-end, ou pour Noël, renseignez-vous, un joli bouquet de fleurs ou un bon bouquin en click and collect, ça fera du bien à tout le monde !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Commerce Vente sur internet
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants