1 min de lecture Coronavirus

Confinement : comment définit-on un produit “de première nécessité” ?

Les produits hygiéniques, alimentaires, mais aussi informatiques et électriques pourront continuer à être vendus librement dans les grandes surfaces.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Confinement : comment définit-on un produit "de première nécessité" ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Victor Goury-Laffont

Même perfusés par Bercy, les petits commerces ont peur de rester sur le carreau. Une cinquantaine de maires ont pris des arrêtés d'ouvertures, tandis que le Premier ministre annonçait la fermeture des rayons non-essentiels dans les grandes surfaces afin d'éviter une distorsion de la concurrence. 

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, annonce de son côté une grande concertation, et a tenu à rassurer les coiffeurs, au micro de RTL ce lundi 2 novembre, annonçant que la coiffure à domicile ne serait pas autorisée, toujours dans un souci d'équité et afin de ne pas léser les salons.

Pour l'instant, les nouvelles règles ne sont pas encore très claires. Les gérants de magasins attendent encore la publication au Journal Officiel des produits autorisés à la vente, ce qui devrait être fait d'ici le mardi 3 novembre, afin de changer leur rayonnage. 

Ce qui concerne l'hygiène, y compris les produits pour bébés, l'alimentation, les appareils informatiques, de télécommunications et électriques - y compris les piles - est jugé comme étant de première nécessité. Le reste, est interdit. 

Le "click and collect" autorisé

À lire aussi
automobile
Peugeot : une prime d'intéressement de 3.000 euros versée à 50.000 salariés

Pour Bercy, ce qui est interdit chez un petit commerce indépendant l'est aussi en grande surface. Cela s'applique pour le maquillage, les parfums, les bijoux, les livres, DVD, CD, vêtements ou encore les plantes. 

Ces produits non-essentiels peuvent cependant être vendus en "click and collect", c'est-à-dire commandés en ligne puis récupérés en magasins. Le pari est désormais de digitaliser la vente à distance. Un tiers des commerces y sont déjà prêts. Le gouvernement va investir 100 millions d'euros pour aider les commerçants à franchir ce cap du e-commerce. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus PME Hygiène
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants