1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Commerce : "Le gouvernement ne supporte pas le secteur", pointe le PDG de Vivarte
2 min de lecture

Commerce : "Le gouvernement ne supporte pas le secteur", pointe le PDG de Vivarte

INVITÉ RTL - Patrick Puy revient sur le plan de reprise de La Halle et explique que le gouvernement a sa part de responsabilité dans l’effondrement du secteur du commerce.

Le réseau de magasins La Halle va être "découpé" à la suite de 25 propositions de reprises différentes transmises au groupe Vivarte
Le réseau de magasins La Halle va être "découpé" à la suite de 25 propositions de reprises différentes transmises au groupe Vivarte
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Commerce : "Le gouvernement ne supporte pas le secteur", pointe le PDG de Vivarte
09:03
Commerce : "Le gouvernement ne supporte pas le secteur", pointe le PDG de Vivarte
09:03
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Ryad Ouslimani

Les offres de reprises de La Halle, enseigne de Vivarte (La Halle, Minelli…), ont été dévoilées jeudi 11 juin, avec plus de 600 magasins sur les 830 existants qui pourraient être sauvés, ainsi que 4.000 emplois maintenus sur les 5.400 du groupe. "C’est une bonne nouvelle", assure sur RTL Patrick Puy, PDG de Vivarte. 

"Si on m’avait dit ça il y a un mois, j’aurai signé des deux mains. Ce n’était pas évident du tout. On a fait un très gros travail avec l’administration judiciaire et avec le management", confie-t-il. Mais le patron explique que ce sont des offres qui peuvent être encore améliorées jusqu’à 48 heures avant l’audience au tribunal. 

"On a encore 15 jours pour faire en sorte qu’on passe de 600 magasins à 650, 700. Et que de 4.000 personnes reprises, on passe à 4.300, 4.500 etc…", Indique Patrick Puy. Il y aura donc un découpage du réseau La Halle, puisqu’il s’agit de cette enseigne principalement, car "personne n’a fait d’offre sur la globalité de La Halle". Le PDG du groupe évoque donc 25 offres de reprises au total que va piloter l’administration judiciaire. 

Le commerce "pas vraiment aidé" par l'État

"Le secteur du retail (commerce de détail, ndlr) va mal. Et tout n’est pas de la faute de la Covid. Parce qu’avant la Covid il y a eu la crise des 'gilets jaunes', puis les grèves de décembre", rappelle Patrick Puy. Du côté des syndicats, on pointe le manque de générosité du plan proposé aux salariés licenciés. Ils demandent ainsi 50.000 euros par salarié qui serait mis à la porte. 

À lire aussi

Une somme sur laquelle ne veut pas s’engager le PDG de Vivarte. "Je ne connais pas encore le nombre de gens concernés par le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), et j’espère qu’il sera réduit. Et je ne sais pas non plus le montant qui sera alloué à ce PSE. On va tout faire pour l’améliorer", répond Patrick Puy. Le plan sera négocié avec les partenaires sociaux en juillet. 

Par ailleurs, le PDG du groupe de prêt-à-porter pointe ce qu’il considère comme des manquements du gouvernement. "Le gouvernement ne supporte pas beaucoup le retail. Le gouvernement a beaucoup aidé Air FranceRenault, mais tout le secteur du retail, qui emploie beaucoup de gens non délocalisables et peu qualifiésn’est pas vraiment aidé. Et ça, depuis des années", pointe-t-il. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/