2 min de lecture Commerce

Coronavirus : pourquoi la crise va profondément transformer le commerce

PODCAST - Chaque jour, François Lenglet et Catherine Mangin se penchent sur les bouleversements économiques que provoque la crise du coronavirus. Dans cet épisode, ils expliquent comment la crise va transformer le commerce.

Lenglet - Coronavirus_245x300 Hors Série : Lenglet-Co : Crise du Coronavirus François Lenglet & Catherine Mangin iTunes RSS
>
35. Coronavirus : pourquoi la crise va transformer le commerce Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Catherine Mangin

Alors que la France s'apprête à lever partiellement son confinement le 11 mai, les intentions d'achat se transforment dans tous les pays qui ont connu cette expérience. La tendance mondiale, c'est une extraordinaire accélération de la transformation numérique, explique le quotidien Les Échos.

On assiste à un déplacement des intentions d'achat vers le e-commerce. Il s’agit d’une tendance de fond, antérieure à la crise. En Chine, les intentions d'achat dans les magasins physiques ont chuté de 10 à 40% selon les spécialités, le non-alimentaire étant en pointe. Après le confinement, la moitié des magasins disent avoir perdu entre 30 et 40% de leur chiffre d’affaires.

Aux États-Unis, la part d'Internet dans les dépenses pourrait gagner entre 5 et 15 points. Des catégories, jusqu'ici sous-représentées dans les ventes en ligne, comme l'épicerie, sont également concernées. Faut-il s’attendre à une disparition des magasins physiques ? "Il y aura des morts, c'est sûr, en particulier dans les grandes surfaces, explique François Lenglet. Les plus exposés, sont les centres commerciaux, les grands "malls" américains, littéralement désertés."

Vers la mort des grands magasins ?

Criblé de dettes, le vendeur de vêtements J.Crew s'est placé cette semaine sous le régime américain des faillites. D'autres sociétés pourraient l'imiter prochainement comme la chaîne de magasins de luxe Neiman Marcus, très en difficulté. Assiste-t-on à la mort du grand magasin, invention du 19e siècle ? Il encore trop tôt pour l’affirmer.

Des entreprises tentent d’innover. Soit en faisant la promotion de leurs mesures sanitaires. Soit en développant le drive. C'est ce qui se passe en France. Ou bien encore, comme en Espagne, en recevant les clients sur rendez-vous, même pour les quincailleries. Mais attention, le chiffre d’affaires n'est plus le même qu'avant.

À lire aussi
Une boutique affichant les soldes (Illustration) soldes
Soldes d'été 2020 : toutes les dates par département

En raison de la crise du Covid-19, la consommation en Europe pourrait chuter d'une dizaine de pourcents. Il est peut probable que l'incroyable développement du e-commerce soit réversible une fois que la peur du virus aura disparu grâce à un vaccin ou à un traitement. Bon nombre de clients ont découvert ses avantages. Et bon nombre de magasins physiques se sont mis à internet aussi, même les commerçants du marché.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Hors-série Lenglet-Co : crise du coronavirus, un podcast quotidien présenté par François Lenglet et Catherine Mangin, qui vous donne les clés pour tout comprendre des évolutions et  révolutions provoquées par la crise du coronavirus en France, en Europe et dans le monde.

Si vous souhaitez poser des questions à François Lenglet, écrivez à temoins@rtl.fr et ou laissez un message sur la page Facebook de RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Commerce Économie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants