2 min de lecture François Lenglet

Assurance chômage : vers des critères modulables ?

ÉDITO - Le gouvernement veut durcir l'accès aux indemnités chômages et renchérir pour les entreprises le recours aux CDD de courte durée.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Assurance chômage: vers des critères modulables ? Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Louis Chahuneau

La réforme de l’assurance-chômage va-t-elle enfin aboutir ? Une nouvelle réunion de négociation est convoquée pour le 2 mars. Elle va associer les partenaires sociaux et le ministère du Travail. On se souvient de l’un des objectifs de la réforme, défini avant la crise sanitaire : durcir les conditions d’accès à l’indemnité-chômage, pour inciter au retour à l’emploi. 

Et renchérir, pour les entreprises, le recours aux CDD de courte durée. C’est ce qu’on appelle la "permittence" qui était visée, c’est-à-dire ces salariés qui alternent les contrats courts, plusieurs dizaines sur l’année parfois, dans la restauration par exemple, et les périodes d’indemnisation. Le tout avec la complicité, voire l’incitation, de la part de l’employeur. 

Un système idéal pour les deux parties : le salarié touche plus, et l’employeur paye moins. Miracle… coûteux, car c’est en réalité Pôle Emploi qui paye la différence, c’est-à-dire la collectivité des assurés. Et cela représente quand même deux milliards par an, auquel s’ajoute le bon milliard annuel que coûte le système spécifique pour les intermittents du spectacle.

Une réforme en décalage avec la crise actuelle

Mais est-ce le bon moment ? Cette réforme est complètement décalée, et l’exécutif la maintient pour garder la face, alors qu’il a abandonné celle des retraites. Elle est d’autant plus saugrenue que dans la réalité, on a complètement lâché sur les critères d’indemnisation, à cause de la crise. 

À lire aussi
réforme des retraites
Retraites : la réforme reste une "priorité", déclare Bruno Le Maire sur RTL

En prolongeant les droits, en mettant en place un système d’activité partielle et de compensation pour presque tous. Tout cela a coûté 30 milliards en 2020, et continue à représenter deux milliards par mois. C’est dire que l’ordre de grandeur des dépenses actuelle est incomparablement plus grand que les économies qu’on visait avec la réforme, qui étaient de un milliard… par an !

Des droits sociaux ajustables à la conjoncture

Une idée reste intéressante, et mérite largement d’être discutée. Certes, on ne va pas faire d’économie en ce moment. Mais le ministère du travail souhaite mettre en place un cadre pour l’avenir : les conditions d’indemnisation varieraient en fonction de la conjoncture. Elles seraient plus coulantes en cas de crise, et plus restrictives en cas de reprise. Et c’est vrai qu’à 7% de chômage seulement, lorsqu’il y a des emplois non pourvus par centaines de milliers, ce n’est pas du tout la même météo qu’à 11 ou 12%, comme on a connu au début de la décennie, lorsque les emplois sont rares.
 
Et si les droits sociaux étaient variables en fonction de la conjoncture ? On n’a pas besoin des mêmes protections par tous les temps. Accès plus facile à l’indemnisation, et meilleure indemnité quand il y a des emplois disponibles. Cela devrait valoir aussi pour l’âge de la retraite, en fonction de la situation économique et démographique, de façon à assurer une retraite financée pour tous. 

Il est vrai qu’en France, une telle idée est difficile à accepter. Nous voulons graver tout dans le marbre. D’où nos difficultés ensuite, à faire les réformes qui s’imposent parce que la réalité change. Ce serait beaucoup plus malin de parvenir à se mettre d’accord sur un cadre plus souple, qui permettrait de régler les indispensables filets sociaux sans en passer par les psychodrames habituels.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Lenglet Chômage Pôle emploi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants