2 min de lecture Économie

VIDÉO - Bistrots et cafés menacés, des maires se mobilisent

Les bars et cafés sont une institution en France. Mais avec les années, leur succès s'est étiolé. Pour preuve, ils étaient 200.000 dans les années 60 contre 35.000 aujourd'hui. En cause, des frais élevés ou des clients trop rares.

>
Bistrots et cafés : des lieux de vie qui ne veulent pas mourir Crédit Image : ERIC CABANIS / AFP | Crédit Média : M6 info/ Céline Durchon/ Niels Bruneli/ Melchior Hintzy | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Joanna Wadel

Dans l'arrière-pays niçois, le village de Gilette compte 1.500 habitants, son café est tenu par la même famille depuis trois générations. Quelques habitués l'affirment, "se réunir, tous les matin, boire le café et lire le journal (...)", est "très important" à leurs yeux. 

Le lieu et ses instants partagés sont précieux. Pierrot assure que lui et ses amis ne sauraient "pas quoi faire" si aucun café n'existait dans leur village. Un autre client renchérit, "dans un village, il faut un petit bar, parce qu'autrement le village, il est mort".

Derrière son comptoir, Gilles Boccaron, gérant du café des chasseurs, s'accroche pour faire vivre ce lieu, mois après mois. "Vis à vis des fournisseurs qui nous connaissent depuis très très très longtemps (...) tant qu'on peut payer ce qu'on a à payer, on sourit", confie le commerçant, qui ajoute "la peur que j'ai le plus, c'est quand je vois arriver le facteur, arriver avec des paquets de factures, de lettres, ça c'est terrible pour moi". 

À lire aussi
Le Livret A a été créé le 22 mai 1818 livret A
Livret A : pourquoi les Français l'aiment tant ?

Certains maires rachètent les établissements

Le café, sa terrasse, son comptoir, une évidence. Mais des 200.000 établissements dans les années 60, il en resterait aujourd'hui seulement 35.000. Une baisse de fréquentation accrue que Laurent Ternier, le président de l'UMIH Gironde, explique par l'urbanisation. "Ces dernières décennies on a assisté à une désertification des campagnes, et les petits cafés ont pâti de cette problématique", explique t-il. 

Quand l'unique café de Capendu (Aude) a fermé, il y a plus de 2 ans, le village a perdu plus qu'un commerce. Jean-Jacques Camel, le maire de Capendu, témoigne du manque d'animation dans les rues de sa ville. "Ça manque. Les gens sont enfermés chez eux, et on venait partager un moment sur la terrasse, et ça manque beaucoup", regrette l'élu.

La mairie a donc décidé de racheter l'établissement et de trouver le nouveau patron du bar du village, le tout pour un budget de 280.000 euros. Un investissement nécessaire, selon le maire : "c'est un budget important mais l'idée c'est quand même de trouver rapidement un gestionnaire". La décision politique n'a pas trouvé d'opposant dans le village. Les travaux devraient commencer en mai, pour une ouverture fin 2019.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Bistrot Rural
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797182347
VIDÉO - Bistrots et cafés menacés, des maires se mobilisent
VIDÉO - Bistrots et cafés menacés, des maires se mobilisent
Les bars et cafés sont une institution en France. Mais avec les années, leur succès s'est étiolé. Pour preuve, ils étaient 200.000 dans les années 60 contre 35.000 aujourd'hui. En cause, des frais élevés ou des clients trop rares.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/video-bistrots-et-cafes-menaces-des-maires-se-mobilisent-7797182347
2019-03-11 16:08:42
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9j75IDSOOUs9d6vOz10kqw/330v220-2/online/image/2019/0311/7797183446_les-cafes-et-bistrots-sont-menaces.jpg