1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Règles douloureuses : à Montpellier une entreprise lance le congé menstruel
2 min de lecture

Règles douloureuses : à Montpellier une entreprise lance le congé menstruel

À "La Collective", les salariées souffrant de règles douloureuses peuvent poser un jour de congé par mois, sans justificatif ni perte de salaire.

Les règles peuvent être très douloureuses pour certaines femmes (illustration).
Les règles peuvent être très douloureuses pour certaines femmes (illustration).
Crédit : istock
Règles douloureuses : à Montpellier une entreprise lance le congé menstruel
02:22
Gautier Delhon-Bugard - édité par Marie Gingault

C'est la première cause d'absentéisme au travail pour les femmes, selon le site de l'Assurance Maladie : les règles douloureuses. 30 à 50% des femmes s'en plaignent. Face à cette réalité, une entreprise de Montpellier propose désormais un congé menstruel. Les salariées peuvent depuis le 1er janvier poser une journée, sans justificatif ni perte de salaire.

C'est d'abord l'idée d'une employée qui a décidé de sonder les 16 femmes salariées et presque toutes souffrent de leurs règles. Cela gêne même parfois leur travail. Le projet de congé menstruel est donc présenté en assemblée générale et voté à la quasi-unanimité par les femmes et les hommes. 

"Des salariées femmes pouvaient, en période de menstruation, être dans une situation compliquée pour pouvoir exercer effectivement leur travail", rapporte Dimitri Lamoureux, le co-gérant de la coopérative "La collective". "Donc on a décidé de permettre à toute femme salariée de 'La Collective' de pouvoir poser un jour par mois de manière facultatif sur son temps de travail effectif, sans avoir besoin de le justifier par un quelconque motif, si ce n'est de nous prévenir par un mail", ajoute-t-il.

Une "fausse bonne idée" pour "Osez le féminisme !"

Le congé est entièrement pris en charge par l'entreprise, une mesure saluée par les salariées, qui passent leurs journées à démarcher les passants pour récolter des dons pour les ONG : "Rester debout toute la journée quand on a des règles extrêmement douloureuses en étant parfois pliée en deux, en parlant aux gens, en étant mobile, ce n'est pas forcément évident", témoigne cette employée. "J'étais obligée parfois de prendre des jours de RTT. Quand on prend deux jours dans le mois et qu'on n'est pas payée, évidemment il y a une iniquité quand même qui est là, donc cette journée c'est très salvateur pour les femmes qui travaillent à La Collective", salue-t-elle.

À lire aussi

Neuf congés menstruels ont été posés depuis le 1er janvier, sans gêner le fonctionnement de l'entreprise. Mais il s'agit d'"une fausse bonne idée" pour la porte-parole du collectif "Osez le féminisme !", Fabienne El-Khoury : "On a peur que beaucoup de femmes hésitent à prendre ce congé, par peur d'être stigmatisée, on peut avoir un risque aussi d'augmenter la discrimination à l'embauche", indique-t-elle. 

"On a peur aussi qu'on embauche plus les hommes que les femmes parce qu'on va se dire qu'un jour par mois ces femmes on va les payer alors qu'elles ne seront pas disponibles", conclut la porte-parole du collectif.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/