1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Radars classiques, tourelles, mini-tourelles... Le point sur les nouveautés

Radars classiques, tourelles, mini-tourelles... Le point sur les nouveautés

ÉCLAIRAGE - Deux ans après le mouvement des "gilets jaunes", pendant lequel un grand nombre de radars ont été incendiés, l'État veut accélérer la modernisation du parc et le déploiement de nouvelles machines en France.

Radars à double-sens (illustration)
Radars à double-sens (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Radars classiques, tourelles, mini-tourelles... Le point sur les nouveautés
03:00
JO 2024 à Paris : les concessions qu'a dû faire la Seine-Saint-Denis
02:00
RTL Matin du 17 décembre 2020
01:38:52
Val-de-Marne : la maire de Chevilly-Larue menacée par des dealers
01:18
Procès des attentats de 2015 : Ali Riza Polat va faire appel
00:54
Christophe Bourroux
Christophe Bourroux
Journaliste

On estime que sur 4.150 radars, un peu plus de 10% sont aujourd'hui hors-service, soit détruits, soit dégradés. Rien à voir toutefois avec l'épisode des "gilets jaunes" où au plus fort de la crise, 75% du parc ne fonctionnait pas. L'État a donc accéléré pour remettre une bonne partie des cabines en route et ce n'est pas fini puisque dans un an, 500 à 600 radars supplémentaires devraient voir le jour. C'est un véritable plan Marshall qui a été mis en place pour moderniser le parc.

Les vieilles cabines grises, dont la première a été installée il y a 17 ans maintenant, sont clairement en voie de disparition. Pour preuve, l'an prochain, il y en aura 300 de moins. Elles seront petit à petit remplacées par des machines de nouvelle génération, bien plus affutées et capables de repérer plusieurs infractions en même temps.

L'implantation des fameux radars-tourelles est bien plus lente que prévu. Certes, 400 machines ont été installées depuis janvier mais on est loin de l'objectif, celui d'en installer 1.200. Le chiffre ne sera atteint qu'en décembre 2021 avec un an de retard.

Deux raisons expliquent ce délai : les radars-tourelles, qui coûtent 32.000 euros/pièce, sont les principales cibles des destructions. Le confinement a également retardé leur implantation. Rappelons qu'en plus la vitesse, ils peuvent également repérer le téléphone au volant et le non-port de la ceinture

À lire aussi

En 2021, le mini radar-tourelle, plus petit, plus discret et plus facile à installer, sera implanté dans les centres-villes. Il pourra notamment sanctionner le franchissement d'un feu rouge. Montpellier et Montbéliard le testent déjà. Si l'opération est concluante, ce type de radar sera ensuite déployé à vitesse grand V. 500 sont prévus.

Des dispositifs qui coutent très cher à l'État

Cela fait maintenant deux années de suite que les recettes des radars sont en baisse. C’est du jamais vu. Avec 760 millions d’euros, le recul a été de 12 % l’an passé et cette année l'État table aussi sur une diminution des recettes, cette fois-ci en raison du confinement. À cela s’ajoute une facture salée pour la maintenance après les destructions : 57 millions et demi d'euros. C’est 13 millions de plus que prévu. Toutefois, les recettes devraient de nouveau être en hausse l'an prochain avec 809 millions d'euros encaissés.

La rédaction vous recommande

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/