1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Installation de radars par les maires : le risque "des pressions électoralistes"

Installation de radars par les maires : le risque "des pressions électoralistes"

Selon Daniel Quéro, le président de l'association 40 millions d'automobilistes, les préfets sont moins perméables aux pressions extérieures que les maires.

Une voiture passe devant un radar (illustration)
Une voiture passe devant un radar (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Installation de radars par les maires : le risque "des pressions électoralistes"
00:55
Christophe Bourroux
Christophe Bourroux
Journaliste

Les maires pourraient bientôt installer des radars automatiques sans l'accord de la préfecture. C'est le projet de Gérald Darmanin, "une révolution pour la sécurité routière", selon le ministre de l'Intérieur qui estime que les collectivités sont les mieux placées pour savoir où les contrôles de vitesse sont les plus utiles, comme il l'a expliqué dans une interview accordée au journal Ouest France.

Une perspective qui ne rassure pas Daniel Quéro, président de l'association 40 millions d'automobilistes. "Si on laisse chaque maire suivant ses sensibilités, suivant les pressions qu'il peut avoir, installer des radars là où bon lui semble, quelle sera la lisibilité pour un automobiliste qui traverse la France ? C'est le premier souci. Un préfet est beaucoup moins sujet à des pressions électoralistes ou autres", estime-t-il au micro de RTL.


Cette mesure proposée par Gérald Darmanin, devrait être intégrée à la proposition de loi relative à la sécurité globale, qui va être présentée à l’Assemblée nationale prochainement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/