1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Prêtre assassiné en Vendée : il ne pouvait pas "anticiper un coup de folie"
1 min de lecture

Prêtre assassiné en Vendée : il ne pouvait pas "anticiper un coup de folie"

INVITÉ RTL - Le père Hugues de Woillemont, secrétaire général de la Conférence des évêques de France, rend hommage au père Olivier Maire tué ce lundi et revient sur ce "coup de folie".

Un prêtre catholique Olivier Maire, âgé de 60 ans, a été assassiné à Saint-Laurent-sur-Sèvre, dans l'ouest de la France, le 9 août 2021.
Un prêtre catholique Olivier Maire, âgé de 60 ans, a été assassiné à Saint-Laurent-sur-Sèvre, dans l'ouest de la France, le 9 août 2021.
Crédit : Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Prêtre assassiné : pour le père Hugues de Woillemont, "il nous donne le signe de l'hospitalité"
07:55
Prêtre assassiné : pour le père Hugues de Woillemont, "il nous donne le signe de l'hospitalité"
07:55
Jérôme Florin & Sarah Belien

"Beaucoup d'entre nous ont le cœur en Vendée". L'assassinat du père Olivier Maire ce lundi 9 août a secoué le monde catholique. Le père Hugues de Woillemont, secrétaire général de la Conférence des évêques de France, évoque sa tristesse et sa reconnaissance.

"C'est un homme qui, on le voit à travers sa vie, a voulu vivre jusqu'au bout, à travers en particulier cette hospitalité dont il a fait preuve auprès de cette personne", témoigne le père Hugues de Woillemont qui décrit également un homme avertit et prudent. Il est en même temps aussi "très généreux, très ouvert aux souffrances des autres. Cette vertu de l'hospitalité est importante dans la Bible, il a souhaité la vivre, il en a sans doute payé le prix", déclare le religieux.

Le père Hugues de Woillemont pense que le prêtre, tué par l'homme qu'il hébergeaitne pouvait pas "anticiper un coup de folie" et souhaite attendre les résultats de l'enquête et les analyses psychiatriques de l'auteur présumé. "Le signe que nous donne le père Olivier Maire aujourd'hui c'est ce signe de l'hospitalité, quelqu'un qui sortait de prison qui n'avait nulle part où aller et qu'il a accueilli. Il n'imaginait pas sans doute une seule seconde qu'il pouvait en être la victime", assure le secrétaire général de la Conférence des évêques de France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/