1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Prêtre tué en Vendée : le suspect interné, sa garde a vue levée ce lundi soir
1 min de lecture

Prêtre tué en Vendée : le suspect interné, sa garde a vue levée ce lundi soir

Le suspect, qui s'est accusé de la mort du prêtre en Vendée ce lundi 9 août, a été hospitalisé en psychiatrie dans la soirée. Sa garde à vue a donc été levée pour "incompatibilité avec son état de santé".

Un brassard de police (illustration)
Un brassard de police (illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Camille Guesdon & AFP

L'homme qui s'est accusé de la mort du Père Olivier Maire, tué en Vendée ce lundi 9 août, a été interné d'office dans la soirée. Selon une source proche du dossier, la garde à vue du suspect, âgé de 40 ans, a été levée pour "incompatibilité avec son état de santé". Dans le cadre de son contrôle judiciaire lié à l'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, l'homme était hébergé au sein de la communauté religieuse à laquelle appartenait la victime, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée.

Selon Yannick Le Goater, le vice procureur de la Roche-sur-Yon, le suspect, Emmanuel Abayisenga, de nationalité rwandaise, était sorti d'une hospitalisation en psychiatrie le jeudi 29 juillet. Il a précisé qu'une enquête avait été ouverte pour "homicide volontaire" et qu'actuellement, "aucun mobile lié à un motif terroriste" n'apparaissait dans cette affaire. De plus, une source proche du dossier souligne que "le criminel était catholique. Loin du terroriste islamiste".

Le suspect avait été placé sous contrôle judiciaire

Le vice-procureur de la République a précisé qu'Emmanuel Abayisenga avait été incarcéré du 20 juillet 2020 au 31 mai 2021, dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de la cathédrale de Nantes, le 18 juillet 2020. Le suspect avait ensuite été placé sous contrôle judiciaire, avec une obligation de résidence au sein de la communauté religieuse. Le 20 juin dernier, la gendarmerie avait été sollicitée par la victime, le père supérieur de la communauté, car le suspect "voulait quitter son hébergement". Il avait alors été hospitalisé en psychiatrie, avant de revenir dans la communauté située à Saint-Laurent-sur-Sèvre, il y a une dizaine de jours.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/