4 min de lecture Attentats en France

Plus d'un million de personnes attendues pour la "marche républicaine" à Paris

Une cinquantaine de dirigeants étrangers défileront avec les Français ce dimanche pour rendre hommage aux victimes des attentats.

Des milliers de personnes se sont rassemblés à Nice le 10 janvier 2015 en hommage aux victimes des attentats de ces derniers jours.
Des milliers de personnes se sont rassemblés à Nice le 10 janvier 2015 en hommage aux victimes des attentats de ces derniers jours. Crédit : VALERY HACHE / AFP

Ce dimanche 11 janvier, plus d'un million de personnes sont attendues pour la marche historique contre le terrorisme à Paris après les attentats survenus en France, en présence d'une cinquantaine de responsables étrangers, dont des dirigeants de pays arabes et d'Israël.

Trois jihadistes français se revendiquant d'Al-Qaïda et du groupe État islamique ont tué cette semaine 17 personnes dont 7 journalistes du journal humoristique Charlie Hebdo, 4 juifs et 2 policiers dont un musulman, et fait une vingtaine de blessés. Les trois tueurs, qui ont eu recours à des prises d'otages, ont été abattus par des commandos français.

Un cortège sous haute protection

Avec en tête les familles des victimes, le cortège, sous haute protection policière avec des tireurs d'élite postés le long du parcours dans une capitale quadrillée par les forces de l'ordre, devrait débuter à 15h Place de la République et s'étirer sur au moins deux tracés jusqu'à la Place de la Nation.

Pour Manuel Valls, "ce sera une manifestation inouïe (...) qui doit être forte, digne, qui doit montrer la puissance et la dignité du peuple français qui va crier son amour de la liberté et de la tolérance". Il s'agit d'abord du "rassemblement du peuple français", a renchéri l’Élysée.

Hollande y participe

À lire aussi
Éric Ciotti sur RTL Attentats à Paris
Attaque à la préfecture : le tueur "n'aurait pas dû se trouver là", dit Ciotti sur RTL

François Hollande y participera avec une vingtaine de dirigeants européens, plusieurs présidents africains, et pour le Proche-Orient, le couple royal de Jordanie, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien, Mahmoud Abbas. La présence de ces derniers ensemble dans une manifestation est sans précédent.

Le président américain Barack Obama ne sera en revanche pas à la "marche républicaine", pas plus que son chef de la diplomatie John Kerry alors que son homologue russe Sergueï Lavrov sera présent. Les États-Unis ne seront représentés que par leur ministre de la Justice Eric Holder, à Paris pour une réunion ministérielle internationale sur le terrorisme convoquée après l'attaque contre Charlie Hebdo.

Des attentats condamnés à travers le monde

Les attaques contre ce journal et dans un supermarché casher ont fait l'objet d'une réprobation quasi-unanime dans le monde. Des manifestations devaient avoir lieu dimanche dans d'autres pays comme l'Allemagne où un journal ayant publié des caricatures de Charlie Hebdo a fait l'objet d'un incendie criminel dans la nuit.

Le slogan "Je suis Charlie" s'est répandu en trois jours sur la planète, en texte, dessins, chanson, signe d'attachement à la liberté d'expression.

Déjà 700.000 Français se sont mobilisés

Samedi, sonnées mais mobilisées au lendemain du pire épisode terroriste de l'histoire récente du pays, près de 700.000 personnes ont manifesté spontanément en France pour rendre hommage aux victimes des jihadistes.

Brandissant un stylo ou des Unes du journal Charlie Hebdo, une foule d'anonymes a manifesté émotion et solidarité. A Toulouse dans le sud-ouest, déjà meurtrie par des attaques contre des juifs du jihadiste français Mohammed Merah en 2012, 100.000 personnes ont manifesté, du jamais vu.

Le blason de Hollande redoré

L'attaque meurtrière, mercredi à Paris, contre l'hebdomadaire satirique par les frères d'origine algérienne Saïd et Chérif Kouachi, puis celle contre une policière jeudi et un supermarché casher vendredi, où quatre juifs ont été tués par un autre jihadiste d'origine malienne, Amedy Coulibaly, lié aux deux premiers depuis un séjour en prison, ont stupéfié les Français.

A la demande de François Hollande, très impopulaire mais au blason redoré par la fermeté avec laquelle il a géré la pire crise de son quinquennat
, la classe politique, de la gauche au pouvoir à l'opposition de droite, a affiché une "union nationale" face au terrorisme. Seul bémol, la polémique autour de la présence non souhaitée à la marche de Paris du parti d'extrême droite Front national qui accuse l'immigration d'être à l'origine de l'islamisme radical en France.

Pas d'amalgame

Alors que la société française traverse une crise identitaire suscitant des interrogations sur la place de l'islam et l'immigration,la famille du jihadiste Coulibaly a condamné les attentats.

"Nous ne partageons absolument pas ces idées extrêmes. Nous espérons qu'il n'y aura pas d'amalgame entre ces actes odieux et la religion musulmane", a affirmé la famille d'Amedy Coulibaly. Les proches d'un policier musulman tué mercredi, ont appelé à "ne pas déclencher des guerres, brûler des mosquées ou des synagogues".

Le plan Vigipirate en alerte maximum

Depuis mercredi, Paris et sa région sont soumis à une alerte maximale contre le terrorisme, avec la mobilisation de milliers de policiers et gendarmes qui patrouillent dans les rues, les transports en commun et les principaux lieux publics et touristiques.

"La France n'en a pas terminé avec les menaces",
a averti vendredi le président français, alors que le gouvernement français a reconnu "des failles" dans la sécurité du pays.

Dans une vidéo diffusée le même jour, un responsable religieux d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Harith al-Nadhari, a menacé de nouvelles attaques : "Vous ne serez pas en sécurité tant que vous combattrez Allah, Son messager et les croyants".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Manifestations Charlie Hebdo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants