1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pénurie de médicament : un dispositif "extrêmement complet"
2 min de lecture

Pénurie de médicament : un dispositif "extrêmement complet"

INVITE RTL - Un quart des Français a déjà été victime d'une pénurie de médicament. Le chiffre inquiète les professionnels. Lundi 8 juillet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a proposé des pistes pour mieux gérer le circuit de l'usine à la pharmacie.

Des boîtes de médicaments dans une pharmacie (illustration)
Des boîtes de médicaments dans une pharmacie (illustration)
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Pénurie de médicament : un dispositif "extrêmement complet", selon le président du syndicat des pharmaciens
00:03:49
Céline Landreau & Odile Pouget - édité par Petit Biscuit

La pénurie s'aggrave dans nos officines. Un Français sur quatre a déjà vécu cette amère expérience : un médicament introuvable en pharmacie. Une personne sur trois pour celles qui sont atteintes d'une infection longue durée.

Pour y remédier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn a présenté ce lundi 8 juillet, des pistes pour mieux gérer le circuit du médicament. Si certaines associations y voient "très peu de mesures concrètes et dissuasives", Gilles Bonnefond, président du syndicat des pharmaciens d'officine, salue "une liste de dispositifs extrêmement complète".

Plus de transparence, plus de coordination, plus de partage d'informations : voici les grands axes d'une réforme dont le plan définitif n'interviendra qu'en septembre 2019. Parmi les solutions les plus concrètes, la généralisation d'un logiciel qui permet aux pharmaciens de signaler aux laboratoires lorsqu'ils sont en rupture.

Les pharmaciens auront davantage d'information

 Un dispositif qui, selon le patron du syndicat des pharmaciens, permettra de réduire de 30 à 40 % le manque de fluidité entre les différents acteurs. "Les incidents de fin de parcours, entre le laboratoire, le grossiste et le pharmacien, ça peut être réglé très vite", s'anime le syndicaliste. 

À lire aussi

Il raconte avoir eu besoin d'un anti-cancéreux que son grossiste ne disposait pas malgré sa disponibilité en laboratoire. "Le produit est disponible mais pas au bon endroit et il n'est pas mis à disposition de la pharmacie dans un délai raisonnable. C'est hallucinant !", s'emporte-t-il. 

Désormais, les pharmaciens pourront obtenir des informations sur les délais d'attente et les traitements alternatifs. Il pourra remplacer sans attendre un médicament en rupture par un autre et le médecin qui a effectué la prescription sera informé. 

Un risque d'exportation vers d'autres pays européens

"Il y a un risque d'exportation parallèle avec des grossistes-répartisseurs qui font du profit en achetant en France des médicaments qu'ils revendent dans d'autres pays européens" qui les achètent à des prix plus attractifs, explique le pharmacien. Après la réforme, les grossistes répartiteurs auront l'obligation de disposer de 15 jours de stock et de fournir le marché français avant d'exporter.

Par ailleurs, l'Agence du médicament verra son pouvoir de régulation renforcé pour obtenir des laboratoires un état exhaustif des stocks. Des sanctions financières sont à l'étude pour les grossistes qui ne joueraient pas le jeu.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL