1 min de lecture Écologie

Néonicotinoïdes : le Sénat donne son feu vert à leur retour controversé

Le Sénat a donné son aval dans la nuit de mardi à mercredi au projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes.

Des abeilles mortes exposées à Rennes pour montrer l'effet des néonicotinoïdes
Des abeilles mortes exposées à Rennes pour montrer l'effet des néonicotinoïdes Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Après l'Assemblée début octobre, c'est au tour du Sénat dans la nuit de mardi 27 à mercredi 28 octobre, de donner son feu vert au retour des néonicotinoïdes tueurs d'abeilles pour sauver la filière betteravière. Le projet de loi permettant leur réintroduction temporaire a été voté après un incident de vote.

En effet, juste avant le vote sur l'ensemble du texte, le Sénat, à majorité de droite, a dû revoter sur l'article premier, le coeur du projet de loi, qui avait été supprimé à une voix près, après une erreur de manipulation du groupe centriste lors du scrutin électronique. L'article a finalement été rétabli, par un vote à main levée cette fois-ci. Le projet de loi permettant la réintroduction des néonicotinoïdes a donc été adopté en première lecture par 184 voix pour, 128 contre et 28 abstentions. 

Députés et sénateurs devraient ainsi pourvoir parvenir à se mettre d'accord sur un texte commun en commission mixte paritaire, en vue d'une adoption définitive rapide. Il autorise, à titre dérogatoire, les producteurs de betteraves à sucre à utiliser jusqu'en 2023 des semences traitées avec des pesticides de la famille des néonicotinoïdes, interdits depuis 2018. Les dérogations sont explicitement limitées à la betterave sucrière.

Une réintroduction controversée

La réintroduction des néonicotinoïdes reste controversée d'un point de vue environnemental car ces puissants neuro-toxiques, efficaces même à faible dose, agissent directement sur le système nerveux de tous les insectes, y compris les abeilles et les bourdons qui ne retrouvent plus leurs ruches et provoque ainsi l'effondrement des colonies. Selon une étude américaine parue en 2017, la population d'insectes volants a diminué de près de 75% en Europe en 30 ans, d'où son surnom de tueur d'abeilles. S'il n'y a plus d'abeilles, il n'y a plus de pollinisation

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Sénat Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants