1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les Restos du cœur lancent leur 34e campagne, la mémoire de Coluche perdure
2 min de lecture

Les Restos du cœur lancent leur 34e campagne, la mémoire de Coluche perdure

PORTRAIT - L'association n'aurait jamais vu le jour sans l'altruisme de l'amuseur le plus populaire des années 1980.

Coluche, entouré de deux femmes déguisées en clown, pose devant l'entrée de l'un des trois restaurants du coeur de la région parisienne, le 21 décembre 1985
Coluche, entouré de deux femmes déguisées en clown, pose devant l'entrée de l'un des trois restaurants du coeur de la région parisienne, le 21 décembre 1985
Crédit : AFP PHOTO MICHEL GANGNE
Les Restos du cœur lancent leur 34e campagne, la mémoire de Coluche perdure
00:02:24
Isabelle Choquet

Quand il était jeune, le petit Michel Colucci faisait les 400 coups avec son copain Bouboule. Bien souvent, il s'invitait à manger chez lui. La mère de Bouboule, elle, élevait seule ses huit enfants, mais elle lui mettait une assiette comme aux autres. Plus tard, devenu amuseur à succès, il a fait envoyer un mandat chaque mois à cette brave dame. Il était comme ça, Coluche. Il avait de l'argent, il en donnait.

Dans sa maison, il y avait toujours une boîte pleine de billets pour les potes dans la dèche... Un jour, il a fait un gros chèque à l'abbé Pierre, parce que sa fameuse salopette rayée venait d'Emmaüs. Comme l'abbé, il ne parlait pas de charité, mais de solidarité. C'est la base des restos du Cœur : redistribuer les excédents. Les restos, "une petite idée" lancée en 1985. Il venait d'être condamné à des travaux d'intérêts général pour insulte à agent. 

Et dans la générosité de Coluche, il y a aussi de la rébellion. "Je ne suis pas un nouveau riche, je suis un ancien pauvre", disait-il, lui le fils d'une fleuriste du Nord et d'un maçon italien très tôt disparu. La famille quitte Montparnasse pour Montrouge, cité Solidarité - cela ne s'invente pas. Toute sa vie, Coluche va tenter de repasser le périph', avec le sentiment de ne pas y arriver.

Une colère contre lui-même

Il quitte l'école très tôt, enfile son blouson noir de loubard, se retrouve condamné pour un vol minable. Finalement, il décide que le meilleur moyen de "gauler le système", comme il dit, c'est le spectacle. Longtemps il en voudra à ses potes de Montrouge qui sont restés de Montrouge. Son biographe Philippe Boggio évoque un sentiment ambigu envers les pauvres : sympathie pour ceux qui souffrent, mais colère contre ceux qui se résignent.

À lire aussi

Coluche a tous les excès du désespoir. C'est un boulimique de bouffe et de plaisirs en tous genres. Autour de lui, il y a une belle bande de copains mais aussi tous les pique-assiettes de la terre. Il offre des cadeaux, il fait des fêtes, ça picole sec... Et ça part en vrille. Sa femme Véronique le quitte, on le menace de mort et, en 1982, Patrick Dewaere, son ami, "son jumeau" comme il le disait, se suicide avec la carabine qu'il lui avait offerte.

Coluche sombre. C'est la période noire, celle de l'héroïne. Sur Tchao Pantin, il est défoncé en permanence. Il va en sortir avec un César mais se trouvera d'autres outrances... Jusqu'à l'excès de vitesse fatal. L'important, disait-il, n'est pas de réussir dans la vie, mais de réussir sa vie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/