2 min de lecture Bayonne

Les infos de 22h - Attaque à Bayonne : "Nous sommes sous le choc" dit le maire sur RTL

INVITE RTL - Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne, estime que toutes les communautés "doivent être défendues dans un Etat de droit", après l'attaque lundi contre une mosquée dans la ville basque.

Thomas Pierre
Thomas Pierre et Christophe Pacaud

Bayonne est "sous le choc". La mosquée de la ville du Pays basque a été la cible lundi de tirs faisant deux blessés graves de la part d'un octogénaire, ex-candidat du Front national, et interpellé après les faits.

Selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, "à 15h20, un homme a tenté d'incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l'homme leur a tiré dessus" et en repartant, a incendié une automobile. Selon le procureur, l'homme était en possession d'un bidon d'essence.

Invité de RTL, le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray fait part son émotion : "nous somme sous le choc à Bayonne. Dans une ville où la communauté des musulmans était parfaitement intégrée dans la vie de la cité, on ne s'attendait pas à un tel événement". 

Nous avons un Etat de droit, et toutes les communautés, quelles qu’elles soient doivent être défendues dans cet Etat de droit"

Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne
Partager la citation

"L'attentat contre la mosquée est quelque-chose qui a une signification qui leur est, et qui nous est, insupportable", affirme l'édile. "Nous avons un Etat de droit, et toutes les communautés, quelles qu’elles soient doivent être défendues dans cet Etat de droit", insiste encore le maire de Bayonne, qu'il décrit comme une "ville paisible".

A écouter également dans ce journal

À lire aussi
La mosquée de Bayonne (Illustration) justice
Attaque de la mosquée de Bayonne : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

SNCF - La grève continue sur le réseau Atlantique à la SNCF : 7 TGV sur 10 seront supprimés encore mardi, annonce la direction. 

Le Tan - Les premiers examens effectués sur la dépouille de Sophie Le Tan ont révélé que l'un de ses fémurs avait été coupé par un "instrument" mais aucun lien n'a été établi "pour l'instant" avec le suspect, annoncé la procureure de Strasbourg lundi 28 octobre.

Brexit - Le président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé lundi 28 octobre que les 27 membres de l'Union européenne se sont mis d'accord pour un nouveau report du Brexit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bayonne Islamophobie Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants