2 min de lecture Santé

Santé : "Il y a eu des erreurs effarantes" par le passé, dit Natacha Polony

ÉDITO - Le système de santé français est en crise. Et les Français, justement parce qu’il était un des meilleurs, n’ont aucune envie qu’on le laisse se dégrader, selon la directrice de la rédaction de "Marianne".

Santé : "il y a eu des erreurs effarantes" par le passé, dit Natacha Polony
Santé : "il y a eu des erreurs effarantes" par le passé, dit Natacha Polony Crédit : M6
micro générique
Natacha Polony édité par Thomas Pierre
>
Pour Polony, "il y a eu des erreurs effarantes" dans notre système de santé Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :

Un sondage publié hier par le Journal du Dimanche nous apprend que la première préoccupation des Français, c’est la santé. C’est étonnant, parce que dans l’actualité, on voit plutôt apparaître le pouvoir d’achat ou la laïcité.

C’est d’ailleurs le côté comique. Le JDD publie ce sondage, mais en titrant sur le rapport des Français à la laïcité. C’est totalement contre-productif. Cela renforce le préjugé de ceux qui pensent que tous ces débats sur l’intégration et les valeurs masquent les vrais problèmes. Mais on peut aussi considérer que les deux sujets sont essentiels.

A ceci près que le sujet santé touche à la vie quotidienne des Français. C’est tous les jours qu’ils sont confrontés aux difficultés pour se faire soigner, même si l'on a quand même un des meilleurs systèmes de santé au monde. 

Un système en crise

Sauf qu'il est en crise depuis des années. Et les Français, justement parce qu’il était un des meilleurs, n’ont aucune envie qu’on le laisse se dégrader. 

À lire aussi
Un médecin ausculte un patient présentant des symptômes du coronavirus le 17 février 2020 à Wuhan en Chine. coronavirus
Coronavirus : l’OMS tord le cou à plusieurs fake news

Concrètement, cette dégradation se lit dans plusieurs phénomènes conjugués : les déserts médicaux, des mois d’attente pour un rendez-vous chez certains spécialistes, des territoires obligés de lancer des petites annonces ou des concours pour faire venir des médecins.

Deuxième phénomène, lié au premier : des urgences saturées, où se rendent des patients qui devraient normalement pouvoir s’adresser à la médecine de ville. Troisième phénomène : des pénuries de médicaments pour certaines pathologies graves, qui s’expliquent par les délocalisations massives de la part de l’industrie pharmaceutique. 

Un modèle qui "tirait sur la corde", pour Macron

La France est totalement dépendante en matière d’approvisionnement de médicaments, et comme, pour réduire les coûts, ces industries fonctionnent à flux tendu, ça coince. Dans un entretien exclusif accordé à RTL, Emmanuel Macron parle d’un modèle qui "tirait sur la corde depuis 10 ans".

Et de fait, il y a eu des erreurs effarantes. Alain Juppé, Martine Aubry, quand ils étaient ministres de la santé, considéraient que pour limiter les dépenses de santé, il fallait diminuer le nombre de médecins. On paie cette pénurie, on paie l’absence d’organisation des gardes, l’absence d’organisation de filières de soin, notamment pour les personnes âgées dans les EHPAD.

"Payer correctement les gens, c’est un préalable"

Sauf que, pour l’instant, le gouvernement répond à une partie du problème : le nombre de médecin et l’articulation privé-public. Il faut compter dix ans. Et il oublie une partie du problème. C’est aussi une question d’aménagement du territoire : comment s’étonner que des médecins ne veuillent pas s’installer dans des territoires désertés par l’Etat lui-même ? 

Et c’est une question de souveraineté et de planification des filières industrielles pour les pénuries de médicaments. Mais en attendant, payer correctement les gens, c’est un préalable et c’est indispensable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Urgences Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants