2 min de lecture Instagram

Les infos de 18h - Arnaque : qu'est-ce que le "drop shipping" dont il faut se méfier ?

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lance un appel à la vigilance contre une arnaque qui se répand de plus en plus : le "drop shipping".

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 18 h - Arnaque : qu'est-ce que le "drop shipping" dont il faut se méfier ? Crédit Image : LDProd / Getty Images | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Nerissa Hemani édité par Marie Gingault

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) lance un appel à la vigilance ce jeudi 22 avril. Attention dit-elle aux arnaques qui fleurissent via les influenceurs. Ces comptes Instagram très suivis par les adolescents qui recommandent des produits et des tendances à suivre. Certains tentent de profiter de la notoriété de ces influenceurs pour écouler des produits pas si exclusifs et parfois vendus dix fois plus cher : une arnaque appelée le "drop shipping".

Le "drop shipping" s'accompagne bien souvent de publicité mensongère. Capucine, influenceuse mode sur Instagram, y a été confrontée : "Je suis contactée par une créatrice qui me dit qu'elle vend des bandanas 100% made in France, je reçois quelques jours plus tard un bandana qui vient clairement de Chine, puisque tout le packaging venait de Chine. Et clairement elle me demandait de parler de ses bandanas à ma communauté en mentant et en faisant ce qu'on appelle du 'drop shipping'", rapporte Capucine, écœurée.

Un bandana est vendu 18 euros par la fausse créatrice, alors que l'on retrouve le même à un euro sur un site chinois. "Moi j'ai vraiment eu le sentiment de m'être fait piégée. Bien évidemment je n'en ai pas parlé. Toute ma communauté aurait été victime de ça et sur qui ce serait retombé ? sur moi", déplore l'influenceuse. 

Alors, pour aider les influenceurs à ne pas se faire piéger, certaines agences proposent de faire eux-mêmes le tri dans les mails, afin de démasquer les fausses marques. C'est le travail de Ruben Cohen : "Filtrer les demandes, c'est une de nos priorités. On se bat contre ça depuis un bon bout de temps. On va avoir entre dix et trente demandes par jour sur des marques de 'drop shipping'", témoigne-t-il.

À lire aussi
Rhône
Rhône : arnaqué, un chef d'entreprise se met à traquer ses escrocs

De son côté, le gouvernement appelle les victimes à signaler les arnaques sur le site Signal.conso.gouv.fr.

À écouter également dans ce journal :

Coronavirus -  "Le pic de la troisième vague semble derrière nous", a déclaré le Premier ministre Jean Castex ce jeudi 22 avril, lors du point presse hebdomadaire faisant état de la situation sanitaire dans l'hexagone. 

Économie - Les entreprises vont pouvoir encore profiter du prêt garanti par l'État jusqu'à la fin de l'année. La possibilité de souscrire à cette aide de l'État devait initialement prendre fin au 30 juin prochain.

Justice - Le procès a pris fin ce jeudi. 18 policiers de la BAC de Marseille étaient jugés pour avoir volé des stupéfiants et de l'argent liquide à des trafiquants. Sept d'entre eux ont été relaxés, les onze autres écopent de peines allant de 2 à 12 mois de prison avec sursis. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Instagram Vente sur internet Internet
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants