2 min de lecture Coronavirus

Les infos de 12h30 - Coronavirus : pourquoi le funérarium de Rungis fait scandale

Destiné à désengorger les chambres funéraires, un entrepôt du marché de Rungis fait payer 55 euros aux familles des victimes pour dire au revoir à leurs proches. "Un choc monstrueux" pour Bruno, qui vient de perdre sa mère, décédée du Covid-19.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : pourquoi le funérarium de Rungis fait scandale Crédit Image : JEAN-PIERRE MULLER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Vincent Serrano
édité par Quentin Marchal

C'est un scandale qui risque de beaucoup faire parler de lui. En pleine période de crise sanitaire, certaines familles endeuillées ont dû faire placer le cercueil de leur proche dans un entrepôt du marché de Rungis, qui est destiné à désengorger les établissements funéraires. De nombreuses consignes posent question à l'image de délais trop courts pour un adieu et de frais d'admission jugés trop chers par les familles.

Dans cet entrepôt du Val-de-Marne, pas plus de 5 proches par défunt sont autorisés à entrer après s'être acquittés d'une somme conséquente de 250 euros. Bruno, qui a récemment perdu sa mère est sous le choc après avoir payé 55 euros, seulement pour venir lui dire au revoir : "C'est un choc monstrueux et la façon dont c'est fait, il n'y a aucune humanité". Il déplore que "la personne que j'ai eu au téléphone à Rungis m'a dit que dans les chambres funéraires, c'est ce prix-là, donc nous on va faire comme ça, sauf que c'est plus court". 

Le marché de Rungis aurait reçu comme consigne de ne pas faire passer plus de 20 minutes sur place aux familles, ce que Bruno, ne peut pas accepter : "On profite de la misère des gens et de leurs détresses en disant que ce sera 20 minutes et je trouve ça lamentable". Comme d'autres familles, il demande à être remboursé du montant payé pour simplement faire un dernier adieu à leurs proches, décédés du coronavirus.

À écouter également dans ce journal

Politique - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a demandé aux préfets concernés "de faire retirer les arrêtés sur le port du masque obligatoire", comme c'était le cas à Sceaux notamment. Cette mesure avait été dénoncée par des avocats de la ligue des droits de l'homme.

À lire aussi
Comme beaucoup d'Indonésiens, Kamtim ne porte qu'un seul nom coronavirus
Coronavirus : une Indonésienne de 100 ans a survécu à la maladie

Société- Dans une tribune publiée par le Parisien, une centaine de médecins s’inquiètent du sort des 12 millions de personnes souffrant de troubles psychiques. Très perturbées par le confinement, elles consultent beaucoup moins.

Santé - Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France fait état de 10.869 décès, soit 541 de plus durant les dernières 24 heures et de 112.950 cas contaminés. Emmanuel Macron va s’adresser aux Français à 20h, ce lundi 13 avril. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Morts Famille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants