2 min de lecture Éducation nationale

Les infos de 12h30 - Bac 2019 : que risquent les correcteurs grévistes ?

ÉCLAIRAGE - Le ministre de l'Éducation admet que certaines notes du bac "risquent" de ne pas être rendues à temps le 5 juillet. Les professeurs grévistes qui retiendraient en otage les copies des élèves encourent des sanctions autres que financières.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 12h30 - Notes du bac : que risquent les correcteurs grévistes ? Crédit Image : MARTIN BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier édité par Joanna Wadel

Alors que certains correcteurs font la grève des notes pour protester contre la réforme à venir du baccalauréat, Jean Michel Blanquer a dû le reconnaître ce mercredi matin : "il y a un petit risque " que certains élèves n'aient pas leurs résultats vendredi 5 juillet comme prévu.

En réalité, cela concerne plus de 100.000 copies si l'on en croit les syndicats. Sur quatre millions cela représente 2,5%, et pourtant c'est tout sauf un détail, car cela peut bloquer le processus, soit les résultats de quelques milliers de candidats. Car une note de philo, de maths ou de sciences économiques manquante peut rendre impossible le calcul de la moyenne, et donc l'attribution ou non du diplôme. 

Le ministère de l'Éducation menace les correcteurs de sanctions financières retenues sur leur salaire des jours de grève. Cependant, l'accès au logiciel de notes est encore ouvert et les résultats peuvent encore être rentrés jusqu'à cet après-midi pour les grévistes qui changeraient d'avis. 

Tous les correcteurs sont aussi censés rendre leurs copies demain, jeudi 4 juillet. Mais ils sont quelques centaines en France a avoir voté la grève jusqu'à demain soir inclus. En l'état actuel des choses, le ministère envisage de publier vendredi matin comme prévu la grande majorité des résultats. Quid des autres, combien seront concernés ? Et surtout, les résultats manquants seront retardés jusqu'à quand ? 

Sanctions disciplinaires et poursuites pénales à la clé

À lire aussi
Poste de police (illustration) justice
Troyes : un professeur placé en détention pour "corruption de mineurs"

Si ces questions restent en suspens, les correcteurs les plus engagés dans le mouvements ont affirmé qu'ils garderont les copies "le temps qu'il faudra" pour obtenir l'ouverture de négociations avec le ministre. Ce qui contreviendrait à leur obligation service, celle de récupérer, corriger et rendre les copies, une faute grave pour laquelle ils encourent une sanction disciplinaire. 

Par ailleurs, le droit syndical concerne le droit de grève, mais pas celui de saboter leur outil de travail, ce qui est passible de poursuites pénales. 

À écouter également dans ce journal

Perquisitions au siège de Renault. Les enquêteurs s’intéressent de près à la soirée fastueuse donnée par Carlos Ghosn au Château de Versailles à l'occasion de son mariage en 2016 au Grand Trianon. 

Politique. Édouard Philippe est en visite en Corse afin de chasser les malentendus. L'idée c'est de développer des projets sur mesure avec l'Île de Beauté. 
Trottinettes électriques. Elles ont envahi nos trottoirs et se retrouvent abandonnées n'importe où. À Paris où circulent plus de 10.000 trottinettes, on a compté jusqu'à 12 prestataires différents. Mais entre les vols, les dégradations et les coûts de maintenance, la moitié ont lâché l'affaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Baccalauréat Grève
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants