1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. VIDÉO - Bac 2019 : pourquoi les correcteurs refusent de rendre les copies corrigées
2 min de lecture

VIDÉO - Bac 2019 : pourquoi les correcteurs refusent de rendre les copies corrigées

Dans plusieurs académies, des enseignants se sont lancés dans un bras de fer avec le ministre de l'Éducation nationale pour ouvrir des négociations sur la réforme des lycées et du bac. Jean-Michel Blanquer dénonce une tentative de sabotage de l'examen.

Grève des correcteurs du Bac
Grève des correcteurs du Bac
Baccalauréat 2019 : des copies prises en otage
02:06
La rédaction de M6 & Nicolas Barreiro

Lundi dernier, Jean-Michel Blanquer insistait sur le fait que "si une note n'est pas rentrée, le correcteur va être contacté pour un rappel à l'ordre" et que celui-ci s'exposait à de "lourdes sanctions". Cette décision pourrait donc coûter cher à ce professeur d'histoire-géo, qui a décidé malgré le risque de "garder les copies au chaud" chez lui. 

"J'ai fini de corriger 70 copies ce lundi. On est en grève, on a voté en assemblée générale qu'on le serait au moins jusqu'au 4 juillet pour faire en sorte de reporter les résultats du Bac", explique-t-il. 

Ce correcteur avait jusqu'à 12h pour rentrer ses notes sur la plateforme dédiée. Ce qu'il ne fera pas, comme bon nombre de ses collègues. Selon le site Bloquons Blanquer, plus de 125.000 copies du bac général seraient retenues par des enseignants grévistes et les chiffres ne cessent de grimper. 

À Toulouse, une professeure de philosophie ne transmettra pas non-plus ses notes. Elle se dit remontée par les propos tenus par le ministre de l'Éducation nationale. "Une prise d'otages, l'idée qu'il faudrait avoir une conscience professionnelle et qu'on devrait mener à terme le baccalauréat. Ce qu'on répond au ministre de l'Éducation nationale c'est que c'est lui qui a instauré un rapport de force, qu'on a donné tout au long de l'année des avertissements, des oppositions contre la réforme qu'on trouvait inégalitaire."

Une faute professionnelle grave

À lire aussi

Depuis plusieurs mois, ces professeurs se mobilisent contre la réforme du lycée et du Baccalauréat. Réunis en assemblée générale ce mardi matin, ces enseignants de Toulouse ont voté la reconduction de la grève, donc la rétention des notes jusqu'à jeudi.

Le ministère de l'Éducation nationale rappelle que les enseignants ont l'obligation de rendre leurs copies. Considérée comme une faute professionnelle grave, leur rétention serait passible de lourdes sanctions non-communiquées pour l'instant.

Une situation inédite, qui pourrait bel et bien retarder la diffusion des résultats, prévue vendredi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/