3 min de lecture Corse

Édouard Philippe en Corse : Gilles Simeoni réclame sur RTL un "acte II avec l'État"

INVITÉ RTL - "Un certain nombre de points continuent de nous opposer. On les a actés. Passons à autres chose", a déclaré Gilles Simeoni, alors qu'Édouard Philippe entame ce mercredi 3 juillet sa première visite de deux jours en Corse.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Édouard Philippe en Corse : Gilles Siméoni réclame sur RTL un "acte II avec l'État" Crédit Image : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Paul Turban

Édouard Philippe arrive ce mercredi 3 juillet en Corse pour sa première visite officielle de l'île. Il y a rencontrera notamment les deux dirigeants de l'île, le président nationaliste de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni, et le président autonomiste du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni. En juillet 2018, Jean-Guy Talamoni avait refusé une rencontre à Matignon, alors que le gouvernement avait refusé des "revendications fondamentales" des nationalistes corse, comme la co-officialité de la langue corse, ou encore l'inscription de la Corse dans la Constitution.

Au micro de RTL ce mercredi 3 juillet, Gilles Simeoni a déclaré : "Nous souhaitons, l’ensemble de la majorité territoriale, et, je crois, la quasi-totalité des Corses souhaitent que la venue du Premier ministre dans l’île marque le début d’une ‘acte II’ dans le dialogue avec l’État, après un ‘acte I’ manqué de l’avis général, avec sans doute des responsabilités de part et d’autre".

"Un certain nombre de points continuent de nous opposer. On les a actés. Passons à autres chose", a appelé de ses vœux le chef de l'exécutif corse. "Ce qui compte est de savoir s’il y a la volonté politique au plus haut niveau de tourner cette page et d’ouvrir un ‘acte II’ des relations dans lequel on traite de façon progressive les questions qui se posent à nous. Cette volonté existe en Corse. J’espère qu’elle est la même à Paris."

Prendre en compte les particularités corses

Gilles Simeoni se dit disponible pour parler des "problèmes concrets" de l'île. "Il y a le domaine de l’énergie. Il y a le domaine de l’emploi, du développement économique, d’une fiscalité adaptée aussi liée aux contraintes dues à l’insularité. C’est une revendication portée par la majorité territoriale mais également par l’ensemble des acteurs insulaires. La loi Montagne prévoit que la Corse peut bénéficier d’un certain nombre de mesures particulières du fait de son caractère d’île-montagne [...]. Le principe est posé." 

La question corse est fondamentalement une question politique

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, le 3 juillet 2019 sur RTL.
Partager la citation
À lire aussi
Un drapeau corse (illustration) élections municipales
Corse : élu au conseil municipal alors qu'il est mort avant le scrutin

"Reste maintenant à le décliner de façon opérationnelle à travers la définition de ces mesures dans un dialogue avec l’État, a ajouté le dirigeant corse. Cela peut par exemple porter sur l’implantation des services publics, notamment à l’intérieur de l’île, sur le fait de mettre en œuvre des dispositifs spécifiques pour les collèges, pour les écoles, pour qu’il n’y ait plus de fermetures de classes dans les zones de montagne. Et également dans le domaine de la santé, dans lequel on a un retard énorme."

"On ne nous permet pas d’être complètement corse"

Les revendications plus politiques n'ont pour autant pas disparu. "Il y a la conviction largement majoritaire qu’il existe un peuple corse, avec sa langue, son identité, sa volonté d’intégration aussi puisque pour nous être corse ne se résume pas à un lieu de naissance, a rappelé l'autonomiste corse. Ce n’est pas la reconnaissance du fait d’être français qui pose problème, c’est que pour l’instant on ne nous permet pas d’être complètement corse.

"Les identités ne s’excluent pas, a renchéri Gilles Simeoni. Elles se composent, elles se complètent et elles se renforcent mutuellement, donc je crois qu’il ne faut pas poser les problématiques en termes de logique d’exclusion mais au contraire de rechercher des chemins qui soient des chemins partagés."

Une faute politique d'Édouard Philippe ?

"En faisant le choix de ne pas venir s’exprimer devant l’Assemblée de Corse, Édouard Philippe à mon avis envoie le message selon lequel finalement la collectivité de Corse n’est qu’une collectivité parmi beaucoup d’autres, a déclaré le chef de la majorité corse, a déclaré le chef de l'exécutif corse. C’est objectivement un mauvais signal". 

"Tous les chefs d’État et tous les Premiers ministres qui sont venus en Corse, et notamment lorsque c’était la première fois comme c’est le cas pour Édouard Philippe, ont fait le choix politique et symbolique de s’adresser directement à l’Assemblée de Corse", selon lui. "Tout simplement parce que la collectivité de Corse est l’institution qui, au plan de la législation, au plan politique et au plan symbolique, incarne la défense des intérêts matériels et moraux de la Corse tout entière."

"Cela participe d’une stratégie que l’on a pu identifier et dont j’espère qu’elle ne sera pas poursuivie, cherchant à court-circuiter ou à relativiser le poids de cette institution sans doute parce qu’elle dirigée aujourd’hui par des nationalistes, a regretté Gilles Simeoni. Nous avons été élus avec 56 % des suffrages exprimés, ce qui est une représentativité qu’aucune majorité avant nous n’a atteint." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Édouard Philippe Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants