2 min de lecture Éducation nationale

Grève des correcteurs du bac : Blanquer promet que les résultats seront fournis à l'heure

Les professeurs grévistes qui refuseraient de rendre les notes à temps du bac, vendredi 5 juillet, s'exposent à de graves sanctions, assure le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer.

Des copies de philosophie sur la table d'un enseignant (illustration)
Des copies de philosophie sur la table d'un enseignant (illustration) Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
et AFP

Le ministre de l'Éducation nationale a promis lundi 1er juillet que "chacun aura ses résultats (du baccalauréat) en temps et en heure" vendredi 5 juillet, malgré la menace de grève de certains correcteurs de l'épreuve dans l'Hexagone. 

"Personne ne doit prendre la responsabilité d'empêcher le bon fonctionnement du service public", a assuré Jean-Michel Blanquer, interrogé à l'issue d'une conférence de presse rue de Grenelle à Paris. "On a eu depuis le mois de juin un certain nombre de menaces sur le baccalauréat ou sur le brevet", a-t-il aussi rappelé, avec des appels à la grève de la surveillance de ces examens.

"J'ai une très grande confiance dans l'immense majorité des professeurs de France qui ont une très grande conscience professionnelle, (...) et qui n'ont aucune envie de contribuer au sabotage d'un examen pour lequel ils ont préparé avec passion leurs élèves", a-t-il poursuivi.  

Je serai en grève demain (...) c'est une dernière action, un peu désespérée, pour nous faire entendre.

Une enseignante gréviste
Partager la citation

Dans plusieurs académies, des groupes d'enseignants ont voté en assemblées générales une "rétention des notes" du bac, pour inciter le ministre à rouvrir des négociations sur les réformes du lycée et du bac, qu'ils contestent.

Une professeure de philosophie de l'académie de Versailles, qui souhaite rester anonyme, a ainsi prévu de ne pas rentrer les notes avant mardi midi, comme elle est censée le faire. "Comme d'autres, je serai en grève demain si M. Blanquer ne fait rien", a-t-elle dit à l'AFP. "On ne comptait pas en arriver là mais c'est une dernière action, un peu désespérée, pour nous faire entendre", a-t-elle ajouté. 

Près de 180.000 copies retenues par les correcteurs

À lire aussi
Une enseignante faisant classe (illustration) éducation nationale
Éducation : classement Pisa, c’est grave ?

Ces profs déplorent notamment que le futur bac, prévu pour 2021, perde son caractère "national" au profit d'un examen dont ils estiment qu'il deviendra "local". Selon le collectif d'enseignants "Bloquons Blanquer", quelque 108.000 copies - sur 4 millions - seraient à l'heure actuelle retenues par leurs correcteurs.

Le ministère se veut toutefois confiant : "si une note n'est pas rentrée, le correcteur va être contacté pour un rappel à l'ordre", explique-t-on. Il lui sera aussi expliqué qu'il sera considéré comme gréviste, non pas seulement le jour-même, mais à partir du moment où il a retiré ses copies, ce qui peut représenter jusqu'à 15 jours sans salaire dans certains cas, souligne le ministère.

Et si les copies ne sont pas restituées comme prévu jeudi 4 juillet, la veille des résultats du bac, les professeurs s'exposent à "des sanctions très graves", rappelle-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Jean-Michel Blanquer Baccalauréat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants