2 min de lecture Société

"Les classes moyennes confrontées au grand déclassement", analyse Denis Olivennes

INVITÉ RTL - L'essayiste Denis Olivennes explique pourquoi le modèle français "nous fait du mal", alors que la France est l'un des pays les plus généreux du monde, et comment améliorer notre système afin qu'il soit plus juste.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"Les classes moyennes sont confrontées au grand déclassement", analyse Denis Olivennes Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Cassandre Jeannin

Avec les dépenses sociales les plus importantes du monde, les enquêtes d'opinion sur le bonheur ressenti nous situent parmi les pays les moins heureux de la planète. "On aime un modèle qui nous fait du mal", analyse Denis Olivennes, auteur de Le délicieux malheur Français aux éditions Albin Michel. 

La cause de ce "mal", c'est qu'"on a inventé l'égalité injuste", précise l'essayiste qui donne deux exemples. "Pour passer des classes pauvres aux classes moyennes, il faut six générations, 150 ans. C'est pas un ascenseur social, c'est un interminable escalier en colimaçon", déplore-t-il. 

Deuxième exemple, "une fois que vous êtes dans ces classes moyennes, est-ce que vous êtes très bien traité ? La crise des 'gilets jaunes' a montré que pas du tout", constate l'écrivain. "Les riches bénéficient du marché financier et immobilier. Les plus démunis, et c'est très heureux, sont protégés. Mais les classes moyennes sont confrontées au grand déclassement", indique-t-il.

Pourquoi notre modèle français ne fonctionne pas ?

Le modèle français ne marche pas car on est le pays "des 40 régimes de retraites, des 400 régimes d'assurance maladie", explique Denis OIivennes, et par conséquent, "deux personnes ont le même niveau de revenu, la même carrière et ne paient pas les mêmes impôts, les mêmes cotisations sociales, n'ont pas les mêmes remboursements et les mêmes retraites".

À lire aussi
Couple : que faire quand le désir n'est plus au rendez-vous ? société
Couple : que faire quand le désir n’est plus au rendez-vous ?

Ainsi, "chacun a le sentiment qu'on dépense beaucoup d'argent mais que lui est moins bien traité que son voisin, ça créé entre nous de la défiance, de la jalousie et de la violence", résume-t-il.

Comment peut-on améliorer notre système ?

"Si on veut se réformer, il faut poser le bon diagnostic", note Denis OIlivennes, "inspirons-nous de ce qui se fait dans les pays qui ont le même contrat social que nous, on ne sera pas moins protégés mais on sera un pays plus égal". "Dans les pays scandinaves, ils dépensent autant d'argent et d'impôts que nous, sauf qu'ils le font de manière beaucoup plus égalitaire, unifiée. Et donc la société est plus heureuse", souligne-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Gilets jaunes Violence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants