2 min de lecture Littérature

Les aventures extraordinaires de H muet et H aspiré

Ce dimanche, Muriel Gilbert nous dit tout sur l’une des lettres les plus surprenantes et des plus délicates à manipuler de notre alphabet : le discret H.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Les aventures extraordinaires de H muet et H aspiré Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Cassandre Jeannin

Des 26 lettres de notre alphabet, le H, apparemment si discret est l’une des plus étonnantes et des plus compliquées à manipuler. Il a, pour commencer, cette surprenante particularité, dans la plupart des cas, de ne pas se prononcer. On pourrait même se demander à quoi elle sert, à part compliquer l’orthographe et occasionner des zéros en dictée. 

Tenez, dans orthographe, il y a deux H. Le premier, en effet, ne s’entend pas, mais sans le deuxième, le mot se prononcerait orthograPE. Parfois, en quelque sorte, le H se fait donc entendre, notamment quand, ajouté au P, il en transforme le son en "f", dans les mots à racine grecque, comme orthographe ou Stéphane, un prénom issu du grec stephanos, qui signifie "couronné". "Roi", quoi ! Sans H, Stéphane serait StéPane.


Le H permet aussi, accolé à la lettre C, de créer un son qu’aucune lettre ne donne dans notre alphabet, le « ch ». A noter parfois ce même couple de lettres, "ch", se prononce « k », comme dans orchidée.

Pourtant, c’est vrai, dans la plupart des mots, en français, le H ne s’entend pas. N’allez pas en déduire qu’il ne sert à rien ! Au cœur des mots, le H est parfois indispensable à la bonne prononciation des autres lettres. Si je dis "Quel ahuri, ce Stéphane", sans H entre le A et le U d’ahuri, on lirait "Quel auri, ce Stéphane". Ce qui ne veut rien dire.

Comment différencier le H muet du H aspiré ?

À lire aussi
Albert Camus histoire
Albert Camus a-t-il vraiment été assassiné par le KGB ?

Mais revenons à la particularité du H qui nous intéressait hier : en début de mot, il peut être soit muet, soit aspiré. Le H muet ne joue aucun rôle dans la prononciation des mots, c’est comme s’il n’était pas là. On pratique les élisions et les liaisons comme avec une voyelle. Ainsi, le H du mot homme est muet, c’est pourquoi on dit l'homme et pas le homme ; les Zhommes et non les Hommes. 

Le H aspiré, lui, se comporte comme une consonne classique. Donc pas de liaison, pas d’élision : les Haricots, il est tout Honteux (et non zaricots et toutonteux). Nous sommes très Zheureux ; mais nous sommes très Honteux ; nous Zhabitons Paris mais nous Haïssons Paris. Et non "nous Habitons Paris mais nous Z’haïssons Paris".

Mais comment savoir si le H d’un mot est aspiré ou muet ?, me demanderez-vous. Pour commencer, dans la plupart des cas, les francophones le savent par expérience. Rares sont les personnes qui se demandent si l’on dit C’est la heure ou C’est l’heure ; Je vais changer la housse de couette ou l’housse de couette. 

Dit-on l'H ou le H ?

En cas de doute, une seule solution, le dictionnaire. Larousse indique les H aspirés par une petite étoile, et Robert par une apostrophe. Et tenez, par exemple, dit-on l’H ou le H ? Le Robert et Larousse.fr parlent "du H", le considérant comme aspiré. Mais Le Petit Larousse écrit "l’H", donc le considère comme muet. Rigolo, non ? En somme, vous avez le choix : je dis le H, mais vous pouvez très bien préférer l’H, amis des mots, vous êtes libres !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature langue française Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants