3 min de lecture langue française

Le trait d'union, toujours là où il n'en faut pas

Où faut-il un trait d’union ? Où n’en faut-il pas ? Muriel Gilbert nous donne les clés de l’usage de cet élément typographique aussi petit qu’essentiel.

GILBERT_245x300 Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Le trait d'union, toujours là où il n'en faut pas Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Aujourd'hui, je vais vous parler d’un tout petit truc : le trait d’union. Encore un que l’on a souvent envie de mettre là où il n’en faut pas – et inversement. "Le trait d’union, comme son nom l’indique", sert à relier deux mots, "auparavant disjoints, pour qu’ils ne forment plus qu’une seule entité", explique l’Académie française. "Dans la longue histoire des mots, la liaison par un trait d’union suit généralement la simple juxtaposition et précède la soudure". Et la Vieille Dame du quai Conti de donner l’exemple du mot portefeuille, d’abord écrit en deux mots, puis avec un trait d’union dans son Dictionnaire de 1718, et finalement soudé depuis 1835.
 
Attention, le trait d’union n’est pas un "tiret", plus long et qui a d’autres fonctions – nous aurons l’occasion d’en parler une autre fois. Revenons à notre mouton, le trait d’union. Il "sert également à relier deux éléments qui conservent chacun leur autonomie", comme dans "le TGV Paris-Lyon" par exemple. Et surtout, quand on inverse le pronom et le verbe, dans les phrases interrogatives ou exclamatives, le trait d’union est encore de la partie : "Que sais-je ?", trait d’union entre sais et le pronom je ; "Va-t’en !", trait d’union entre va et le t apostrophe. J’en profite pour insister, parce que j’en rencontre toutes les variantes imaginables : va-t'en s'écrit bien ainsi : un trait d’union, puis une apostrophe.

Pas de trait d'union pour les extrêmes

Et l’on trouve bien souvent des traits d’union où il n’en faut pas… Combien de fois dois-je retirer des traits d’union à extrême droite ou extrême gauche (rappelez-vous : pas de trait d’union pour les extrêmes) et à des noms géographiques comme celui de New York par exemple. On a envie d’en mettre parce que les noms de ville, de départements et de régions, en français, prennent en principe des traits d’union quand ils sont composés de plusieurs mots (Île-de-France, Le Kremlin-Bicêtre…). Et d’ailleurs, on écrit La Nouvelle-Orléans avec un trait d’union parce que, bien que la ville soit américaine, son nom est francisé. On écrit aussi "new-yorkais" avec un trait d’union, parce que c’est du français – alors que New York, pas de trait d’union… puisque c’est de l’anglais.

Tenez, il y a peu, je vous parlais de lecteurs qui me signalent des fautes imaginaires dans mes livres. Un certain Jean-Pierre, de Montpellier, un obsessionnel dans mon genre, me disait que dans mon ouvrage Au bonheur des fautes – Confessions d’une dompteuse de mots, en écrivant "en ce mois d’octobre là", j’avais oublié un trait d’union avant le là. Eh bien non. 

À lire aussi
Sidonie Bonnec et Thomas Hugues La Curiosité Est Un Vilain Défaut
La Curiosité du 9 juillet 2019

Il faut bien un trait d’union quand on écrit "ce jour-là", "ces gens-là", etc. On met un trait d’union quand le nom vient juste après le démonstratif (ce, cette, ces…) et juste avant le mot là. "Cette femme-là, ces gens-là, ce mois-là"… Mais le trait d’union disparaît quand s’intercale un autre mot, comme ici "ce mois d’octobre là". Un mot de plus, et hop, le trait d’union disparaît ! Magique. 

Ah, et pour finir, notez que la locution trait d’union, cordonnier mal chaussé, ne prend jamais de trait d’union.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
langue française Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797273432
Le trait d'union, toujours là où il n'en faut pas
Le trait d'union, toujours là où il n'en faut pas
Où faut-il un trait d’union ? Où n’en faut-il pas ? Muriel Gilbert nous donne les clés de l’usage de cet élément typographique aussi petit qu’essentiel.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-trait-d-union-toujours-la-ou-il-n-en-faut-pas-7797273432
2019-03-24 09:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_EK-NsI0hSFRTl162R7Zlg/330v220-2/online/image/2018/0320/7792701024_un-dictionnaire-annote-illustration.jpg