1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Semaine de la langue française : ces erreurs de grammaire fréquentes à éviter
2 min de lecture

Semaine de la langue française : ces erreurs de grammaire fréquentes à éviter

SEMAINE DE LA LANGUE FRANÇAISE 4/5 - La semaine de la langue française se déroule jusqu'au 24 mars. "On se souvient de quelque chose", mais "on se rappelle quelque chose". Quelques astuces et explications pour éviter toute confusion...

Une classe de primaire (Illustration)
Une classe de primaire (Illustration)
Crédit : AFP / Xavier Léoty
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert
Animateur

Je voudrais vous parler d’une erreur qui énerve pas mal les correcteurs, comme moi, mais aussi quelques auditeurs de RTL qui m’ont envoyé des messages sur le sujet à l’adresse langue@rtl.fr. On entend, et même on lit fréquemment : "Je m’en rappelle", "Tu t’en rappelles". Il s'agit d'une erreur, couramment commise. Car se rappeler est ce qu’on appelle un verbe transitif direct. "Transitif direct", ce sont deux gros mots pour dire un truc simple : ce verbe se construit avec un complément d’objet direct. Exemple : Je me rappelle mes vacances en Italie. Je me rappelle quoi ? Mes vacances en Italie, complément d’objet direct...

Et pourquoi dit-on si souvent "je m’en rappelle" alors ? Ou "Je me rappelle de mes vacances en Italie" ? L’erreur naît sans doute de la confusion avec "se souvenir", un verbe synonyme et très fréquent également, mais qui se construit de manière différente. Se souvenir appelle la préposition "de". C’est donc un verbe transitif indirect, qui fonctionne avec un complément d’objet indirect. On ne dit pas "Je me souviens mes vacances en Italie" mais "Je me souviens de mes vacances en Italie". 

"Pallier", "lorgner"...

Dans le même genre, il y a le verbe "pallier" (avec deux L, pas comme le palier de l’escalier qui n’en prend qu’un même si l’escalier a plein de marches). Le verbe pallier est transitif direct, et tout le monde semble vouloir en faire un indirect. C’est vrai qu’on entend souvent "pour pallier à cet inconvénient"… Sans doute par rapprochement avec "remédier à", transitif indirect. On remédie à un inconvénient, mais on pallie un inconvénient. Sur le même modèle, il y a aussi "lorgner". Les gens veulent toujours "lorgner sur" quelque chose, mais non. On lorgne la femme de son voisin, on ne lorgne pas sur elle.

Je vais vous avouer quelque chose : moi-même, je me trompe. L’autre jour, j’ai entendu sur RTL la chanson de France Gall, Tout pour la musique. Elle chante "et le feeling prime la raison", je croyais qu’on disait "primer sur". J’ai ouvert mon dictionnaire favori, et j’ai vu que "primer" était transitif direct : le feeling prime bien la raison, et pas sur la raison. France Gall avait raison !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/