1 min de lecture Grève

Le blocage des ports se poursuit, l'économie française en danger ?

La mobilisation contre la réforme des retraites est très suivie dans les ports de commerce, faisant craindre le pire pour l'économie française dans son ensemble si la situation perdure.

Les dockers du port du Havre sont mobilisés contre la réforme des retraites.
Les dockers du port du Havre sont mobilisés contre la réforme des retraites. Crédit : Lou BENOIST / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Une opération "port mort" avait lieu ce mercredi 22 janvier au Havre. Opération très suivie et menée par les syndicalistes de la CGT opposés à la réforme des retraites. Des manifestants ont même envahi le siège du Grand port maritime du Havre, formant un "CGT" avec les lumières des bureaux.

Plus loin dans la zone industrielle portuaire, plusieurs dizaines de manifestants ont aussi bloqué dans la matinée un accès au port en brûlant des palettes, immobilisant plusieurs camions.

Selon Philippe Bonneau, secrétaire général Normandie OTRE (transporteur routier), Le Havre "est le port le plus touché" par le conflit. "Vous avez des transporteurs qui sont littéralement en train de crever, car 90% des entreprises de transport routier sont des TPE et des PME. Ils sont dans une situation impossible, il n'y a jamais eu de conflit social aussi long et aussi dur !".

Il réclame une intervention de l'État pour débloquer les ports et organiser à l'avenir un "service minimum" afin d'éviter "qu'une minorité d'individus bloque l'économie française".

Des millions d'euros de pertes

À lire aussi
Des manifestants contre la réforme des retraites le 6 février 2020 à Paris. retraites
Les infos de 7h30 - Retraites : pourquoi les experts-comptables sont-ils en grève ?

Il n'y a pas que Le Havre qui est touché. Ailleurs, comme dans les ports de Nantes/Saint-Nazaire et à Marseille, où plusieurs accès étaient encore bloqués ce mercredi, la situation est aussi inquiétante.

Le président de la CCI Nantes/Saint-Nazaire, Yann Trichard, estime les pertes liées aux opérations "Ports morts" "à plusieurs millions d'euros" et à Marseille, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) évalue ces pertes à près de 100 millions d'euros.

Les Armateurs de France redoutent l'impact de la grève sur le long terme pour l'attractivité des ports de l'Hexagone. "Un client insatisfait sera beaucoup plus difficile à convaincre par la suite", souligne l'organisation professionnelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Réforme des retraites Commerce
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants