2 min de lecture Police

"La police en France n'est pas raciste", affirme Frédéric Veaux sur RTL

INVITÉ RTL - En 2019, sur les 1.500 enquêtes dont a été saisie l’IGPN, une trentaine de faits concernaient du racisme ou de la discrimination a rapporté Frédéric Veaux, directeur général de la Police Nationale.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
"La police en France n'est pas raciste", affirme Frédéric Veaux sur RTL Crédit Image : Gabrielle Ferrandi / Agence 1827 / RTL | Crédit Média : Thomas Sotto | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Sarah Belien

Frédéric Veaux est le patron des 150.000 femmes et hommes de la police. Il a pris les fonctions de directeur général de la police national (DGPN) le 3 février dernier. C’est la première fois que Frédéric Veaux accepte de parler depuis et répond aux questions sur les sujets qui font l’actualité comme les violences policières, la mort de George Floyd aux États-Unis mais également Adama Traoré ou encore l'arrestation du jeune Gabriel à Bondy.


Selon un sondage de l’Ifop publié en janvier, 43% des personnes interrogées disaient avoir confiance en la police, le chiffre plus bas jamais atteint. Ces chiffres "interpellent" le patron de la police. "Mais je crois qu’il y a vraiment un différence entre ce sentiment général et la perception qu’on peut en avoir sur le terrain," affirme Frédéric Veaux.

Le patron de la police revient sur le sentiment d’insécurité que des personnes ont face à des policiers, notamment sur les propos de la chanteuse Camélia Jordana. "Ce n’est pas révélateur de ce que pensent les gens dans la société." Pour Frédéric Veaux, "il y a une partie de la population qui heureusement ne se sent pas en sécurité vis-à-vis des policiers, ce sont les délinquants. Il y a certains qu’on dérange," déclare-t-il. "Au-delà de ça je pense que l’action que fait notre police est appréciée dans notre pays," assure le DGPN.

On est dans un pays où la violence policière n'a pas sa place

Frédéric Veaux
Partager la citation

Sur la question des violences policières, "la police utilise la force légitime qui est mise à sa disposition et elle ne l’utilise pas par gaieté de cœur. C’est vraiment pour rétablir l’ordre ou pour mettre un terme à certaines actions de violences," justifie Frédéric Veaux. "On est dans un pays où la violence policière n'a pas sa place," assène-t-il.

À lire aussi
Des camions de pompiers près du lieu de l'attaque perpétrée le 25 septembre à Paris. Paris
Attaque à Paris : ce que l'on sait de l'enquête

Frédéric Veaux martèle que "la police en France n’est pas raciste." Le DGPN est par ailleurs en charge de sanctionner les policiers pris dans des affaires en précisant que la police était "un corps extrêmement contrôlé et les sanctions sont prises quand elles sont constatées."

Pour appuyer ses propos, le patron de la police souligne qu’en 2019, sur les 1.500 enquêtes dont a été saisie l’IGPN, une trentaine de faits concernaient du racisme ou de la discrimination, contre 42 en 2019. "Donc on voit que cela reste extrêmement minime en France," constate-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police PV Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants