2 min de lecture Sécurité

Insécurité : "Il y a une montée de la violence qui est dramatique", estime Nicolas Domenach

DÉBAT - Après la violente agression de deux policiers à Herblay, Nicolas Domenach, chroniqueur politique au magazine "Challenges", et Guillaume Roquette, rédacteur en chef du "Figaro Magazine", débattent de la politique sécuritaire en France.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Insécurité : "Il y a une montée de la violence qui est dramatique", estime Nicolas Domenach Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi Journaliste RTL

Après l’agression des deux policiers de la PJ, survenue mercredi 7 octobre en banlieue parisienne à Herblay, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, a évoqué, jeudi sur RTL, des actes "d’une grande sauvagerie" et un "massacre". Le pronostic vital du plus jeune des deux agents est toujours engagé. 

D’après Guillaume Roquette, rédacteur en chef du Figaro Magazine, cette violence est le reflet d’une "démission collective" qui dure depuis 20 ans, ce qui explique pourquoi "il n’existe pas de solution simple". "Le gouvernement est désemparé" : cette violence est le symbole d’une justice "qui n’est pas assez sévère" et du renoncement de l’Éducation nationale sur l'apprentissage "du respect de l’autorité" aux enfants. 

Guillaume Roquette estime également que "les élus ont regardé ailleurs", en achetant "la paix sociale" et parfois même une "clientèle électorale". Derrière cette situation de crise, "il y a aussi "une politique d’immigration non-contrôlée", juge-t-il : des ghettos "se sont constitués" où une nouvelle règle domine, "celle de l’extrême violence". 

Le risque des amalgames

Nicolas Domenach juge de son côté qu’il s’agit là d’amalgames. "La situation est suffisamment grave" et mérite d’être "précisée". "Vous ne pouvez pas dire que toute l’Éducation nationale a démissionné sur l’autorité, vous ne pouvez pas dire que toute la police a démissionné devant l’autorité", répond le chroniqueur politique.

À lire aussi
C'est un camouflet pour Jean Castex. sécurité
Loi sécurité globale : la commission voulue par Castex ne réécrira finalement pas l'article 24

"Il y a une montée de la violence qui est vraiment dramatique, mais comment on la combat ? Est-ce que les mots qu’emploie le ministre de l’Intérieur sont adaptés ?", s’interroge Nicolas Domenach qui dénonce les propos trop "cash" de Gérald Darmanin

Par ailleurs, il pointe du doigt la priorité du ministre sur la traque des trafiquants de drogue, une stratégie qui ne fonctionne pas "d’après les policiers, parce que l’on se concentre sur la petite délinquance et pas sur les grands trafics". Enfin, il estime que les sanctions prononcées par la justice "sont appliquées trop tardivement". 

Une justice trop laxiste ?

De son côté, Guillaume Roquette considère que le fait de ne pas appliquer l’emprisonnement lorsque des peines de moins d’un an sont prononcées, encourage "les voyous" à commettre des délits et des crimes. Le message qui est passé auprès de voyous est "Vous pouvez y aller" : "c’est une violence absolue !"

Face à cette violence "de plus en plus forte" et impliquant des personnes "de plus en plus jeunes", "on ne peut pas continuer à appliquer la même doctrine de l’emploi de la force". Le rédacteur en chef du Figaro Magazine estime qu’il est nécessaire que les policiers puissent "utiliser la légitime défense", dénonçant un déséquilibre et un ensauvagement, "difficile à nier". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Information Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants