1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Hôpital : pourquoi les sages-femmes font-elles grève ce week-end ?
1 min de lecture

Hôpital : pourquoi les sages-femmes font-elles grève ce week-end ?

À l'appel de plusieurs organisations de sages-femmes, des soignantes se mobilisent pour plus de reconnaissance. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 7 octobre.

Une sage-femme en service (image d'illustration)
Une sage-femme en service (image d'illustration)
Crédit : Lilian Cazabet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Florise Vaubien & AFP

Beaucoup de colère et une grève "très, très suivie", selon la responsable de l'ONSSF,  l'Organisation nationale syndicale des sages-femmes. Plusieurs organisations de sages-femmes ont appelé à un mouvement de grève national, prévu sur trois jours, du vendredi 24 au dimanche 26 septembre. En cause : le manque de reconnaissance de leur profession et la volonté d'"une réflexion sur le métier de sage-femme dans sa globalité". 

Caroline Combot, secrétaire générale de l'ONSFF, a rapporté une grève "très, très suivie". "Cela montre vraiment que ce mouvement répond à une véritable colère des sages-femmes", a-t-elle déclaré à l'AFP. Dans les chiffres : plus de 50% des cabinets de sages-femmes libérales ont fermé leurs portes ce week-end, soit "plus de 3.000 cabinets". 150 maternités affichent un taux de 100% de grévistes, "avec des maternités privées qui ont fermé". Des fermetures qui s'accompagnent de réquisitions et d'assignations dans les établissements publiques.

Ce mouvement de grève vise à mettre en place "une réflexion sur le métier de sage-femme dans sa globalité, quels que soient les modes d'exercice, pour permettre de l'attractivité", a expliqué la responsable de l'ONSSF. 

Une nouvelle journée de mobilisation le 7 octobre à Paris

De fait, de nombreuses sages-femmes ont été déçues par les annonces du ministre de la Santé, Olivier Véran, à la mi-septembre. Il avait promis une revalorisation pour les sages-femmes exerçant à l'hôpital, qui recevront à partir de janvier une prime de 100 euros net et une hausse de salaire d'environ 100 euros brut par mois. 

À lire aussi

Ce nouveau dispositif "n'a jamais été aussi important dans l'histoire de la profession, reconnaît Mme Combot, mais là où les sages-femmes sont en colère, c'est que ce n'est pas la seule réponse qu'on attendait". 

Depuis le début de l'année, les sages-femmes ont défilé dans la rue cinq fois pour demander davantage de reconnaissance et réclamer des effectifs. Une nouvelle journée de mobilisation est d'ores et déjà prévue pour le 7 octobre à Paris.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/