2 min de lecture Économie

Grève : les commerçants tirent déjà la sonnette d'alarme

La grève des transports qui a débuté jeudi 5 décembre commence à fortement impacter les commerçants, dont les boutiques sont désertées par les clients.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Grève : les commerçants tirent déjà la sonnette d'alarme Crédit Image : ADRIEN MORLENT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Ryad Ouslimani

Sans surprise, la grève continue mardi 10 décembre de faire la une de la plupart des journaux, avec une inquiétude notamment : celle des commerçants. L'Express s'est rendu à Châtelet, quartier touristique de la capitale, et clairement aucun secteur n'est épargné. Déborah travaille dans un salon de coiffure près des Halles, depuis jeudi pas ou peu de clients.

Même chose dans la boulangerie voisine. Barthélémy, le gérant, parle d'une perte de fréquentation d'environ 40% tous les jours, sauf samedi qui a été légèrement moins affecté. L'établissement a aussi dû s'adapter. "On a fermé plus tôt plusieurs jours, pour permettre notamment aux employés de rentrer chez eux", explique le commerçant. 

La boutique de prêt à porter L’univers des marques est elle carrément restée fermée. Aucune vendeuse n'a pu venir travailler. "Mais de toute façon, soupire le gérant, ce n'est pas le problème. Ce sont les clients, on n'en a plus".

Les commerçants fragilisés depuis les "gilets jaunes"

Selon l'Alliance du commerce, qui représente quelque 27.000 points de vente de mode ou de chaussures, la baisse d'activité est de l'ordre de 30% en moyenne. Ça vaut pour les boutiques de centre-ville mais aussi pour les grands magasins. Et Paris n'est pas la seule ville à être touchée. Son directeur général évoque aussi Toulouse, Marseille, ou encore Grenoble et Nantes.

À lire aussi
Des pots de la marque Nutella (image d'illustration) environnement
Nutella en tête du classement WWF des bons élèves de l'huile de palme

"Partout le même constat et le phénomène commence aussi à toucher la périphérie", dit-il dans Les Échos. Jusqu'ici, les consommateurs se rendaient dans les zones commerciales en voiture, mais lundi, le Conseil national des centres commerciaux a constaté une première inversion de tendance. Une baisse de 6% de la fréquentation des centres commerciaux d'Île-de-France. "Compliqué, dit il, à deux semaines de Noël et après une année marquée par le mouvement des "gilets jaunes"."
 
Selon une récente étude de la Banque de France, 40% des commerçants du secteur de l'habillement étaient dans une situation vulnérable avant même ce mouvement de grève contre la réforme des retraites. Une délégation doit être reçue par Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie.

"Elle nous a dit, explique l'Alliance du commerce, qu'elle pouvait réactiver le plan de soutien mis en place après la crise des "gilets jaunes". C'est une nécessité  mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit pour l’essentiel d'un report de dettes sociales ou fiscales. Les commerçants devront les payer un jour."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Grève Commerce
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants