2 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets jaunes" : les "ultras-jaunes", ces manifestants formés par l'ultra-gauche

ÉCLAIRAGE - Au départ "gilets jaunes" sans aucun expérience des contestations violentes, certains manifestants ont reçu conseils et formations de l'ultra-gauche, qui faute d'avoir réussi à récupérer la contestation, a soufflé sur les braises.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : les "ultras-jaunes", ces manifestants radicaux formés par l'ultra-gauche Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : Thomas Prouteau / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau édité par Eléanor Douet

Les "gilets jaunes" seront mobilisés pour le 23e week-end consécutif ce samedi 20 avril. Plusieurs pages internet appellent à converger vers Paris pour un "Ultimatum 2", sans savoir si cela sera suivi.

Un mois après les violences du 16 mars et l'incendie du Fouquet's le ministère de l'Intérieur va déployer son dispositif "anti-casseur". Le gouvernement veut à tout prix éviter de nouvelles scènes d’émeutes, mais les autorités s'inquiètent de la radicalisation de certains manifestants.

Comme l'a révélé à RTL un haut-responsable, une partie des "gilets jaunes" ont désormais adopté les techniques de l'ultra gauche. Ces "gilets jaunes" radicaux surnommés les "ultras-jaunes" par les services de renseignement.

Au départ, il s'agissait de manifestants classiques, mobilisés contre la taxe carbone et pour le pouvoir d'achat. Peu d'entre eux, voire aucun, n'étaient rompus aux techniques de contestation violente. Seulement, la contagion a opéré selon les policiers. Désormais, plusieurs centaines utilisent la tactique du black bloc, jusqu'ici cantonnée à l'extrême gauche.

Une conjonction dévastatrice, selon la police

À lire aussi
Des scènes de guérilla en plein cœur de Barcelone crise
Émeutes : "C'est la 'giletjaunisation' mondiale", affirme François Lenglet sur RTL

Le black bloc, c'est l’utilisation de la foule lors d'une manifestation. Si elle est assez nombreuse, les radicaux forment un bloc, au milieu. Ce dernier attaque ensuite une banque ou les forces de l'ordre et se replie très vite dans la foule, qui les protège par réflexe. Les radicaux se fondent dans la masse.

Le 16 mars à Paris, c'est la conjonction d'ultra gauche et d'"ultras-jaunes" qui a été dévastatrice, selon les policiers.

Quand l'ultra-gauche forme les "ultras-jaunes"

Ces "gilets jaunes" ont appris ces techniques de l'ultra-gauche. Dès fin novembre l'ultra-gauche a considéré qu'elle devait soutenir la dimension insurrectionnelle, c'est l'analyse des policiers. Des manuels du manifestant ont été diffusés. Des militants sont allés sur certains ronds-point pour expliquer les techniques. Et au cœur des manifestations, il y a eu des échanges d'expériences.

Ce qui est notable pour les renseignements, c'est que l'ultra-gauche et ses 2.000 militants fichés a échoué à récupérer la contestation d'un point de vue politique en raison de revendications divergentes. Malgré tout, l'ultra-gauche a réussi à souffler sur les braises de l'insurrection et au passage à éjecter l’extrême droite violente, qui a quasiment disparu des cortèges.

Des "ultras-jaunes" difficiles à appréhender

Si ces "ultras-jaunes" sont désormais connus, il devient de plus en plus difficile de les empêcher de manifester, puisqu'ils ont désormais adopté des techniques éprouvées : arrivée plusieurs jours à l'avance à Paris, location d'appartement, dissimulation d'armes comme des cocktails Molotov ou des pointes.

La seule chose dont ils ont besoin pour agir, c'est une masse critique de manifestants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Société Violence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants