1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. En Normandie, rencontre avec les derniers bouilleurs de cru ambulants
2 min de lecture

En Normandie, rencontre avec les derniers bouilleurs de cru ambulants

REPORTAGE - En Normandie, c'est la récolte des pommes pour fabriquer du cidre, de l'eau de vie ou du calvados. C'est la haute saison pour les bouilleurs de cru ambulants et leurs alambics. Un métier qui se transmet généralement de père en fils.

Des bouteilles de cidre (illustration)
Des bouteilles de cidre (illustration)
Crédit : Clem sans gluten pour RTL.fr
Normandie : les derniers bouilleurs de cru ambulants
03:56
Normandie : les derniers bouilleurs de cru ambulants
03:56
Frédéric Veille - édité par Florise Vaubien

Direction la Normandie pour découvrir un métier en voie de disparition : celui de bouilleur de cru ambulant. C’est en ce moment la récolte des pommes dans la région dont une grande partie va être transformée en cidre. Certains en feront de l’eau de vie de pomme ou du Calvados. Et pour cela, il faut faire appel à un bouilleur de cru et à son alambic. 

Christian Paris, c’est l’un des derniers bouilleurs de cru ambulant de Normandie. On le retrouve alors qu’il installe avec son assistant l’alambic sur le parking d’une ferme. "La première chose, c’est l’allumage : cet alambic fonctionne au gaz", explique ce professionnel. 

Ils ne sont plus qu’une dizaine d'artisans à pratiquer cette activité mobile. Ici, l’alambic est sur une sorte de petite remorque que Christian déplace dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres au sud de Fecan. 

Un métier de passion

"On a procédé à l’allumage de l’alambic, on attend une heure de chauffe, puis on va chercher le cidre chez le premier client du matin", détaille Christian. Une mission confiée à Gilbert : direction la ferme voisine, celle d’Alain, là où il actionne sa moto-pompe pour prélever plus de 200 litres de cidre, et tout cela sous le regard d’Alain. "Ce sont des pommes que j’ai ramassées l’année dernière : j’ai brassé à la main, là c’est la dernière étape du travail avant d’attendre plusieurs années en tonneaux pour le déguster", explique-t-il.  

Quant à la distillation, "il faut environ une heure pour passer 300 litres de cidre et obtenir environ 20 litres d’eau de vie de cidre à 50 degrés", rapporte M. Paris qui exerce ce métier "de passion" depuis 30 ans. "Notre métier est régi par les douanes et elles peuvent venir à n’importe quel moment pour contrôler la quantité de matière première et le produit fini, c’est-à-dire l’eau de vie de cidre",  ajoute-t-il. 

À lire aussi

L’artisan explique qu’il est possible de goûter le produit pendant la distillation : "On met le doigt et on goûte : on apprécie le parfum. Pendant la distillation, l’eau de vie de Normandie est hyper parfumée. Demain, après-demain, ce sera nettement moins bon et après le vieillissement, elle sera excellente", détaille le bouilleur de cru qui se réjouit de travailler avec des "produits nobles". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/