1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Travail : "La Covid-19 a entrainé un grand bouleversement", explique Alba Ventura
3 min de lecture

ÉDITO - Travail : "La Covid-19 a entrainé un grand bouleversement", explique Alba Ventura

1 Français sur 3 a changé ses plans de carrière depuis la pandémie de Covid-19, parce que, pour un tiers des salariés, le travail n’est pas essentiel, ce n’est pas toute leur vie.

Un simple exercice permet de contrer les méfaits de la sédentarité.
Un simple exercice permet de contrer les méfaits de la sédentarité.
Crédit : Unsplash/Magnet.me
ÉDITO - Travail : "La Covid-19 a entrainé un grand bouleversement", explique Alba Ventura
00:03:16
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par William Vuillez

RTL revient ce vendredi 7 octobre sur notre rapport au travail, alors que selon la dernière enquête de l'institut Ipsos, 1 Français sur 3 a changé ses plans de carrière depuis la pandémie de Covid-19. La Fondation Jean Jaurès avait aussi mené une étude intéressante disant que "plus rien ne serait comme avant". Et c’est vrai que la période de la Covid-19 a entrainé un grand bouleversement. 

On est loin des années 50/60 où le travail était structurant, important. Avec le coronavirus, beaucoup ont découvert qu’il était très agréable d’être chez soi. Quand on est serveur, ou que l’on travaille dans l’hôtellerie, se retrouver le soir chez soi avec ses enfants c’est une toute autre vie. Et puis pouvoir rester chez soi en étant payé, vous imaginez. Mais tout cela a des conséquences, il y a eu plus de 500.000 démissions au 1er trimestre de cette année. Il y a 1 Français sur 4 qui envisage de quitter son travail. Parce que, pour un tiers des salariés, le travail n’est pas essentiel, ce n’est pas toute leur vie. 

On voit bien que les gens ont moins de scrupules à faire des arrêts maladie. Et puis, on avait déjà des pénuries, mais la situation s’aggrave, on manque d’aides-soignantes, d’ouvriers du BTP, d’agents de sécurité : on a un vrai problème pour la Coupe du monde qui arrive et les JO. 

Par exemple, dans un grand magasin parisien, une belle boutique prestigieuse, il y a toujours quelqu’un qui vient vous accueillir. Mais là, il n’y a plus personne. Tout le monde est très poli mais tout le monde est débordé, à tel point que l’on vous met sur liste d’attente.

Comment sortir de cette situation ?

On ne trouve pas, car il faut travailler 3 samedi sur 4. On ne veut plus travailler comme avant, on ne veut plus sacrifier ses week-end ou alors, et ça c’est la partie la moins glorieuse, on pratique la "démission silencieuse" : c’est-à-dire avoir un boulot mais faire le minimum syndical. 

Pour sortir de cette situation, c’est difficile. Il y a d’un côté toute une pensée politique de gauche qui valide ça, pas toute... Le communiste Fabien Roussel n’est pas sur cette ligne. Mais on a une partie du PS, des Verts, et les mélenchonistes qui estiment que le travail n’est pas central, qui plaident pour un revenu universel que l’on travaille ou pas, tout le monde y a droit et qui vantent le droit à la paresse. Il y a chez une partie de la gauche cette pensée magique selon laquelle il y a de la richesse, il n’y a qu’à la prendre.

Face à cela, il y a Emmanuel Macron (et la droite), pour qui le travail est essentiel et pour qui, avant de distribuer de la richesse, il faut la créer. C’est tout le sens des ordonnances sur le marché du travail, la réforme de l’assurance chômage, pour que personne ne puisse gagner plus au chômage qu’en allant travailler, de la formation professionnelle et la réforme des retraites.

Mais Emmanuel Macron marche sur des œufs. Donc politiquement c’est difficile, il y a vraiment deux pensées qui s’affrontent et il n’y a pas un camp qui pèse plus que l’autre. Il y a une vraie bagarre idéologique qui n’a pas été arbitrée aux législatives.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire