1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Écoles et coronavirus : "Un scénario intermédiaire" plutôt qu'une fermeture, réclame un proviseur
2 min de lecture

Écoles et coronavirus : "Un scénario intermédiaire" plutôt qu'une fermeture, réclame un proviseur

INVITÉ RTL - Bruno Bobkiewicz, proviseur à Vincennes et secrétaire national du SNPDEN, demande d'aller plus loin dans les mesures d'aménagement du temps scolaire.

Écoles : une fermeture trop courte pour le SNUipp-FSU
Écoles : une fermeture trop courte pour le SNUipp-FSU
Crédit : AFP / Archives, Mychèle Daniau
Covid : faut-il des mesures de restrictions plus stricts dans les établissements scolaires ?
13:02
Covid : faut-il des mesures de restrictions plus stricts dans les établissements scolaires ?
13:02
Yves Calvi

Alors que l'épidémie de Covid-19 progresse et que la France se confine petit à petit, est-il raisonnable de laisser les établissements scolaires ouverts ? Pour la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, il faudrait avancer les vacances de Pâques de deux semaines, pour les faire durer un mois, le temps que les contaminations ralentissent.

Mais Bruno Bobkiewicz, secrétaire national du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) et proviseur de la cité scolaire Hector-Berlioz à Vincennes, n'est pas d'accord. "C'est un sujet qui a été évoqué à la veille des vacances février et qui revient tout le temps", pointe-t-il. "Ce ne sera pas des vacances, cela revient seulement à fermer pendant deux semaines les établissements."

Pour ce proviseur d'un collège-lycée de 1.800 élèves, "il faut peut-être aller plus loin dans les mesures d'aménagement" du temps scolaire. "On préfère travailler sur un scénario intermédiaire plutôt que de fermer l'école", soutient-il, en proposant notamment la mise en place d'une demi-jauge dans les dernières classes de collège, comme au lycée, ou encore la fermeture des cantines dans les zones urbaines. 

Pas "d'information interne" de la part du ministère

Pour lui, ces mesures sont importantes, notamment pour permettre au baccalauréat d'être maintenu, alors que seulement deux épreuves, la philosophie et le grand oral, doivent encore avoir lieu. 

À lire aussi

Bruno Bobkiewicz regrette aussi le fait de ne pas recevoir "d'information interne" de la part du ministère sur le nombre de cas de Covid-19 détecté dans les écoles au niveau national. "Ce sont des indicateurs qui ne sont pas forcément utiles dans mon quotidien mais qui nous permettraient de partager et de réfléchir ensemble", déclare-t-il. Il estime aussi que les personnels de l'Éducation nationale devraient être vaccinés. "À partir du moment où on fait le choix école ouverte, [...] il faut que les personnels de l'Éducation nationale [...] puissent être bientôt pris en charge", assure le proviseur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/