2 min de lecture Discriminations

Discriminations et immigration : un comité scientifique pour baptiser rues et statues

Une vingtaine de personnes ont été choisies afin de dresser une liste de personnes issues de l'immigration et susceptibles d'avoir des rues et des statues à leurs noms.

La statue de Colbert devant l'Assemblée nationale
La statue de Colbert devant l'Assemblée nationale Crédit : JOEL SAGET / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Emmanuel Macron l'avait promis vendredi 4 décembre. Une liste de personnalités issues des quartiers ou de l'immigration allait être dressée en vue du baptême de statues ou de rues à leurs noms. Le chef de l'État a assuré vouloir "identifier 300 à 500 noms d'ici au mois de mars", grâce au fruit d'une "contribution collective". Le processus a commencé ainsi avec la création d'un comité scientifique, composé d'une vingtaine de personnalités et présidé par l'historien Yvan Gastaut. 

Seront donc élaborées "400 fiches consacrées à des personnalités - artistes, militaires, sportifs, responsables associatifs ou politiques - issues des quartiers populaires, de la diversité et des différentes vagues d'immigration qu'a connues la France durant le XXe siècle", a précisé le ministère de la Ville ce dimanche.

Le président du comité, Yvan Gastaut, est un historien spécialiste des questions migratoires, et pour piloter le travail il sera entouré de 18 personnes éclectiques. On retrouvera ainsi l'écrivaine Leïla Slimani, de l'historien Pascal Ory, Aissata Seck, qui est une des responsables de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, ou encore de la journaliste Isabelle Giordano.

"Regarder notre histoire dans son entièreté"

Ce travail intervient dans un contexte de polémiques mémorielles qui ont abouti cette année à des déboulonnages de statues représentant des figures de la colonisation ou de l'esclavage. "Ça ne sert à rien de réécrire le passé", estime dans le Journal du dimanche la ministre de la Ville Nadia Hai. "Ecrivons plutôt la page commune qui va nous rassembler", a-t-elle insisté.

À lire aussi
Jeanne d'Arc
Pourquoi Jeanne d'Arc est à l'origine de l'expression "Mettre la pâtée"

L'initiative est aussi l'occasion pour l'exécutif de délivrer un message autour du thème de l'égalité des chances, censé être l'un des axes du projet de loi contre les séparatismes présenté mercredi en Conseil des ministres et dont les aspects répressifs occupent pour l'heure le devant de la scène.

"Nommer des rues, nommer des nouvelles statues, mettre en lumière des personnalités, c'est une manière de regarder notre histoire dans son entièreté", a approuvé sur Europe 1 le numéro un de LREM Stanislas Guerini.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Discriminations Racisme Histoire de France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants