2 min de lecture Coronavirus

Covid-19 : avec la crise, l'idée d'un revenu universel revient en force

La proposition est étudiée de façon sérieuse au Canada, en Espagne et en Allemagne. En France, le gouvernement mise sur le prolongement de l'activité partielle.

De l'argent (illustration)
De l'argent (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Des économies en récession, des taux de chômage en hausse ... À travers le monde, la crainte d'une crise économique post-crise sanitaire pousse les dirigeants à repenser leurs protections sociales et préserver le pouvoir d'achat de la population. 

C'est alors qu'une idée ancienne, souvent discutée mais peu implantée, refait surface : l'instauration d'un revenu universel. Dans certains pays, cela commence même à se matérialiser, avec des projets en cours de développement voire même des premières expérimentations.

Dès le mois de juin, l'Espagne a lancé une plateforme pour permettre aux foyers vivant en dessous d'un certain seuil de ressources d'avoir accès à 1.015 euros par mois. Un projet similaire pourrait émerger au Canada, où les citoyens qui ont subi une perte de revenu se sont vu proposer 2.000 dollars canadiens par mois pendant la crise. Alors que ce programme touche à sa fin, les parlementaires du Parti libéral de Justin Trudeau appellent à étudier de façon prioritaire l'instauration d'un revenu de base.

En Allemagne, des chercheurs tentent d'aller encore plus loin, en retirant toute forme de condition. Dans le cadre d'une expérience, 120 citoyens recevront 1.200 euros par mois, peu importe leur situation personnelle, pendant trois ans.

La France mise sur le chômage partiel

À lire aussi
Jean-Michel Blanquer, Bruno Le Maire, Élisabeth Borne, Olivier Véran et Roselyne Bachelot rassemblée le 30 octobre 2020 à Paris Coronavirus France
Confinement : quelles différences avec le mois de mars ?

La question se pose différemment en France, où les protections sociales sont nombreuses et où le chômage partiel doit permettre de préserver en partie l'emploi et le pouvoir d'achat en cas de ralentissement économique. C'est d'ailleurs ce sur quoi mise le gouvernement, qui a placé le mécanisme d'activité partielle de longue durée au cœur de son plan de relance.

Mais l'idée d'un revenu universel, portée par le candidat Benoît Hamon lors de l'élection présidentielle de 2017, reste malgré tout discutée. Mi-avril, 19 présidents socialistes de départements réclamaient le versement d'un revenu "sans contrepartie", "dégressif en fonction des revenus d'activité" et "d'un montant égal au seuil de pauvreté". 

Une expérience, menée sur deux ans en Finlande, avait mené des chercheurs de l'université d'Helsinki à conclure que les personnes percevant un revenu sans condition étaient "plus satisfaits avec leurs vies et vivaient moins de détresses morales".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Revenu Sécurité sociale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants