2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : non, il n’y a aucun afflux de touristes positifs à l’hôpital de Sète

FACT CHECKING - Un message viral publié sur Facebook confirmait l'afflux de personnes positives au coronavirus à l'hôpital de Sète (Hérault), principalement des vacanciers.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, il n'y a aucun afflux de touristes positifs à l'hôpital de Sète Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFPPASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Sarah Belien

Serait-ce là, la preuve de cette deuxième vague de Covid-19 que certains prédisent depuis des semaines ? Un message viral publié sur Facebook semble en tout cas confirmer ce qu’on redoutait. On peut y lire un message sur un fond d’écran où volent des roses : "Alerte des cas de Covid à l’hôpital de Sète, les vacanciers viennent du cap d’Agde soyez vigilants".

Le message est accompagné d'un lien qui conduit sur la page d’un site d’informations appelé Hérault Actualité. Un article y est écrit "Plusieurs groupes d’individus venus du Cap d’Agde, Grau d’Agde et Sète ont été diagnostiqués positifs au Covid-19 ce week-end, il semblerait que la plupart soient venus passer les vacances dans la région."

On pourrait être inquiet, comme le sont les commentaires inscrits sous cette publication Facebook mais une chose est tout de même étrange. Dans ce post, le nombre de nouveaux cas de Covid n’est pas précisé, le nombre de touristes ayant fréquenté les établissements hospitaliers de ce coin de France non plus.

Ces chiffres sont bien le genre de détails qu’il faut regarder avant de partager. C’est là que se cache l’intox, tapie dans l’ombre du terrier de la désinformation, car non, il n’y a aucun afflux de touristes positifs au Covid à l’hôpital de Sète.

Une fake new rapidement repérée

À lire aussi
Une femme portant un masque (Image d'illustration). Coronavirus France
Coronavirus : le port du masque préconisé dans tous les lieux clos collectifs par le HCSP

C'est le quotidien régional Midi Libre qui dès le week-end dernier a remarqué les messages alarmistes et totalement paniqués de certains internautes concernant l’hôpital de Sète. Puis par le journal 20 minutes qui a pris son petit téléphone et a appelé le CHU du bassin de Thau, dont l’hôpital Saint-Clair de Sète. Le journal a confirmé qu’il s’agissait bien d’une fausse information.

L’établissement souligne, dans un post publié le 29 juin, qu’il n’y a eu "aucun test positif depuis le 22 mai aux hôpitaux du bassin de Thau et plus aucun patient Covid-19 hospitalisé depuis mi-juin". Donc non, il n’y a pas de deuxième vague avec comme point de départ la ville de Sète.

D’ailleurs, cette deuxième vague fait l’objet d’énormément de rumeurs sur les réseaux sociaux. Si les scientifiques n’ont pas d’avis tranchés sur ce sujet, certains, en voyant une nouvelle fermeture de bar en Californie, des quartiers reconfinés à Pékin, diffusent de fausses informations parfois par amusement.

Souvent les auteurs souhaitent satisfaire leurs egos en disant, "je sais ce que les médias ne veulent pas vous dire". Il y a toujours un scientifique ou une connaissance "qui leur a dit que…" Donc prudence sur la deuxième vague de Covid-19, notamment en France, il y a trop d’incertitude. Si celle-ci devait arriver un jour, les Français seraient vite au courant.

L'UE sort le carnet de chèque contre les fake news

9 millions d’euros. Tel est le montant que va débloquer la Commission européenne pour créer des plateformes anti-infox.  L’idée est de développer des pôles par pays afin de détecter, analyser et divulguer les campagnes de désinformation au niveau national, multinational et européen. La Covid-19 a provoqué une "infodémie", épidémie de fausse information. Et en matière de lutte contre les fake news, il y a, si l'on en croit l’engagement de l’Union européenne, un monde d’après.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Hérault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants