1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : les conseils d'une pédiatre pour parler de la vaccination aux enfants
2 min de lecture

Coronavirus : les conseils d'une pédiatre pour parler de la vaccination aux enfants

Face à l'ouverture de la vaccination pour les enfants, la pédiatre Christèle Gras-Le Guen conseille aux parents d'utiliser "des mots simples et de la transparence". Il ne faudrait pas non plus faire peser sur les enfants le poids de la protection de la famille.

La vaccination des enfants (illustration)
La vaccination des enfants (illustration)
Crédit : Gustavo Valiente / Sputnik / Sputnik via AFP
Pourquoi il est préférable faire une prise de sang avant la vaccination des enfants
00:07:17
Lison Bourgeois

Anxiété, troubles du sommeil, problèmes d'attention... La santé mentale des enfants a été fortement impactée par la situation épidémique. Les parents ont un rôle "majeur de référent pour l'enfant", selon la présidente de la Société Française de Pédiatrie. Interrogée par RTL, Christèle Gras-Le Guen, indique qu'il est indispensable d'entretenir un dialogue sur la vaccination entre l'enfant et les parents.
Alors comment en parler ? "On peut dire aux enfants que cette vaccination ne sera pas douloureuse puisque l'injection c'est 0,2 millilitres. Donc c'est un tout petit volume et c'est une injection qui se fait dans l'épaule", insiste la professeure. Les parents peuvent donc mettre en avant le fait que la piqure n'est pas douloureuse et qu'elle ne dure que quelques secondes.

"Les règles pour discuter de la vaccination semblent être les mêmes pour tous c'est-à-dire utiliser des mots simples et être absolument transparent sur ce que l'on connaît", avance la Christèle Gras-Le Guen.

Ce ne sont pas les enfants qui protègent les adultes, c'est bien l'inverse

Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société Française de Pédiatrie.

Selon la loi, ce sont les parents qui décident pour l'enfant s'il doit se faire vacciner ou non. Cependant Christèle Gras-Le Guen indique "qu'il faut tout faire pour que l'enfant soit d'accord." Selon la pédiatre, ce n'est pas "une bonne idée" de vacciner un enfant qui n'en a pas envie. "Ou alors il n'y a pas d'urgence et on peut en discuter avec lui. Il vaut mieux attendre qu'il évolue sur sa position ou respecter sa position", nuance-t-elle. 

Depuis la première vague de coronavirus, 300 enfants ont été touchés par des formes graves de la maladie. La vaccination a pour but de les protéger contre ces formes très rares qui peuvent conduire à l'hôpital. La présidente de la Société Française de Pédiatrie assure que le premier objectif du vaccin doit être de protéger les enfants.  

À lire aussi

"Dans un second temps, on peut dire que cela permet aussi de limiter la diffusion du virus et d'éviter de contaminer des gens fragiles", indique-t-elle. Selon Christèle Gras-Le Guen, il ne faut pas brouiller le lien de protection entre enfants et adultes. "Ce ne sont pas les enfants qui protègent les adultes, c'est bien l'inverse", affirme-t-elle. "Les adultes, s'ils veulent se protéger, c'est 3 doses. Et ce n'est pas quelque chose que l'on peut demander aux enfants", conclut la présidente de la Société Française de Pédiatrie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/