1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : "La démocratie va finir en lambeaux", dit Polony
2 min de lecture

Coronavirus : "La démocratie va finir en lambeaux", dit Polony

BILLET - Nous sommes le 16 novembre, et on a l’impression que les trois dernières semaines ont duré dix ans. On en a tous ras-le-bol.

Une rue de Paris, le 3 novembre 2020.
Une rue de Paris, le 3 novembre 2020.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Coronavirus : "La démocratie va finir en lambeaux", dit Polony
03:21
L'oeil de... Natacha Polony du 16 novembre 2020
03:21
micro générique
Natacha Polony - édité par William Vuillez

Avez-vous déjà vu autant de gens vous avouer qu’ils ne respectaient pas parfaitement la loi ? Autant de gens vous dire qu’ils allaient tricher avec la règle. Vous avez vu, ce week-end, les manifestations de petits commerçants, ceux qui restent ouverts quitte à payer des amendes. Nous ne sommes pas entrain de parler de comportements délinquants, ou de ces abrutis qui se font une fête à 300 dans un pavillon à Joinville-le-Pont

On parle de citoyens tout ce qu’il y a de plus respectueux, de gens qui ont toujours joué le jeu et qui craquent parce que ce n’est pas tenable. Parce qu’on ne peut pas demander à des gens de se laisser couler sans rien faire et parce que plus personne ne comprend rien aux objectifs poursuivis.

L’objectif, c’est de faire baisser le nombre de contaminés, et donc le nombre de morts, là dessus, tout le monde est d’accord. Sauf que tout le monde a bien compris qu’il y a un gouffre entre cet objectif et les moyens mis en place. On a désormais des études qui démontrent que ce n’est pas dans les petits commerces qu’on se contamine. Et pourtant, on les ferme, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, alors qu’il suffirait d’établir une jauge de clients par mètres carrés.

"Plus aucun discours d’autorité n’est audible"

De même, les règles ubuesques en matière d’aide font que les PME de plus de 50 salariés, par exemple une entreprise qui a un réseau de boutiques, ou un hôtelier qui a plusieurs restaurants, n’ont droit à aucune aide. Et là, on se retrouve avec des médecins qui courent les plateaux télé pour nous expliquer qu’il faut porter le masque à la maison, qu’il faut supprimer Noël, et qui donnent leur avis sur les choix pour les collèges et lycées. Honnêtement, plus aucun discours d’autorité n’est audible.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

À lire aussi

Premier point : les gouvernants sont sous la menace permanente des procès de réseaux sociaux et des procès tout court. Donc, ils arbitrent dans le sens du court terme, pour limiter les dégâts visibles. Les morts qui n’arriveront que dans quelques mois, les faillites, le désespoir, ça ne se voit pas.

Ensuite, pour éviter d’être accusé d’impuissance, et pour masquer les mensonges ou les âneries, on fait assaut d’autoritarisme. Ça donne l’illusion de la maîtrise. Et puis, on contourne toutes les instances de débat démocratique, l’Assemblée, et même le conseil des ministres. Parce que le conseil de défense, il n’y a pas de compte-rendu. C’est secret défense.

Le résultat, c’est un consensus social qui explose, des gens qui cherchent sur les réseaux sociaux les réponses aux questions interdites. Et l’idée même du respect de la loi qui vole en éclat. Il faut vraiment que ça s’arrête, parce que c’est la démocratie qui va finir en lambeaux.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/