1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : l'épidémie responsable de deux fois plus d'arrêts maladie en 2021
1 min de lecture

Coronavirus : l'épidémie responsable de deux fois plus d'arrêts maladie en 2021

Un arrêt sur dix prescrits cette l'année était dû à la Covid-19. Un indicateur qui double par rapport à l'année dernière. Le nombre total de prescriptions d'arrêts maladie, lui, repart à la hausse.

Un médecin en consultation (Illustration).
Un médecin en consultation (Illustration).
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Benoît Leroy & AFP

C'est une preuve, s'il en fallait encore une, que le coronavirus impacte fortement l'économie et le secteur du travail depuis près de deux ans. D'après le baromètre annuel de l'absentéisme publié par Malakoff Humanis, 12% des arrêts maladies prescrits en 2021 étaient liés au virus. Que ce soit pour une infection, une déclaration de cas contact ou une garde d'enfant après la fermeture d'une classe.


Alors qu'en 2020 seuls 6% des arrêts de travail étaient dus au virus, leur proportion a explosé pour la deuxième année sous pandémie.

Dans le détail, les chefs d'équipes semblent être les plus concernés par la crise sanitaire. En deux ans, plus de la moitié des managers ont fait l'objet d'un arrêt. Des prescriptions qui, pour beaucoup, sont ignorées. 58% d'entre eux disent avoir poursuivi leurs activités durant leurs maladies. Un constat que l'on retrouve également, dans une moindre mesure, chez un salarié sur quatre.

L'épuisement professionnel concerne de plus en plus d'employés

Les arrêts pour troubles psychologiques ou épuisement professionnel ont aussi progressé sur un an, passant de 15 à 17% du total. À l'inverse, les absences pour maladies ordinaires (grippe, rhume, etc.) ont, elles, reflué à 25% du total, contre 30% l'année précédente, toujours selon l'étude

À écouter aussi

Au total, si l'on regroupe l'ensemble des motifs d'absence au travail, près de quatre Français sur dix (38%) ont fait l'objet d'un congé maladie durant l'année 2021. Si l'indicateur est aussi à la hausse sur un an, il ne dépasse pas les niveaux d'avant-crise où l'on recensait plus de 40% de salariés concernés par un arrêt entre 2016 et 2019.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/