1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'Assemblée approuve largement le remboursement de séances chez le psychologue
1 min de lecture

L'Assemblée approuve largement le remboursement de séances chez le psychologue

L'Assemblée nationale a très largement voté ce vendredi soir la prise en charge par l'Assurance maladie de huit séances chez le psychologue à partir de début 2022. L'enveloppe budgétaire prévue s'élève à 50 millions d'euros.

Un psychologue en séance (illustration).
Un psychologue en séance (illustration).
Crédit : Unsplash/@markiesparkie
Romain Giraud & AFP

Traduisant une annonce d'Emmanuel Macron fin septembre en faveur de la santé mentale, l'Assemblée nationale a très largement voté ce vendredi 22 octobre au soir la prise en charge par l'Assurance maladie de huit séances chez le psychologue à partir de début 2022. Les députés ont voté la mesure par 54 voix contre 2, les élus LR étant partagés. L'enveloppe budgétaire prévue s'élève à 50 millions d'euros.

"La pandémie a révélé l'importance du sujet", avait déclaré le chef de l'Etat en présentant son plan pour la santé mentale, qui prévoit aussi la création de postes dans les centres médico-psychologiques et un soutien à la recherche. Pour les enfants dès 3 ans et les adultes souffrant de troubles dépressifs ou anxieux, d'intensité légère à modérée, il est prévu une prise en charge de huit consultations chez un psychologue libéral.

"Les psychologues volontaires seront sélectionnés" et "le gouvernement veillera à ce que la répartition soit la plus équitable possible sur le territoire", a affirmé la ministre Brigitte Bourguignon devant les députés qui examinent le projet de budget 2022 de la Sécu. Les tarifs de ces consultations prises en charge seront de 40 euros pour la première séance de bilan, de 30 euros pour les suivantes, sans dépassement d'honoraires autorisé. Le patient devra avoir été adressé au psychologue sur prescription médicale.

"La concertation avec la profession se poursuit" sur les modalités de mise en oeuvre, a précisé la ministre, qui a souligné que ces consultations pourront ne constituer qu'une part de leur activité. Ce dispositif "permettra de simplifier le parcours des patients tout en facilitant l'accès financier à ces prises en charge", s'est-elle félicitée, saluant "une avancée majeure pour l'amélioraion de la santé mentale de nos concitoyens".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/